L'industrialisation de la formation est arrivée à maturité

Par 06 mars 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

L'apprentissage se transforme. Non seulement sa forme, notamment via l'utilisation de supports multimédia. Mais également son essence, par son rapprochement et sa confusion avec la sphère de l'entreprise.

L’évolution récente de l’offre web du Wall Street Institute met en lumière plusieurs phénomènes qui méritent notre attention. WSI a fait un bond qualitatif dans l’utilisation de systèmes informatiques sophistiqués pour la formation. Et nous démontre que la question de l’industrialisation de la formation est arrivée à maturité. D’ailleurs, son comportement n’est pas isolé. Les grands de la formation se lancent dans des investissements lourds (cf. également la prise de contrôle du Suisse Sauter Training et Simulation par DEMOS). Cela a plusieurs conséquences très interdépendantes. D'une part, la formation devient une industrie, c'est-à-dire qu’elle repose sur des investissements techniques significatifs. Cela change la structure du modèle économique. D’autre part, le secteur va nécessairement se restructurer, avec la marginalisation des petites structures, le renforcement des liens de sous-traitance entre les grands, capables d’investir et les petits, en particulier les indépendants.
Mutation profonde de la formation
Enfin, le secteur de l’édition de solutions d'e-learning (logiciels d’apprentissage, serious game, vidéos, etc.) va se développer, avec la possibilité de création de liens capitalistiques plus forts avec les entreprises de formation. Ce bond qualitatif dans les investissements est intimement lié à une évolution de la forme, de la méthode et de la structure même du processus de formation. Les formes académiques perdent de leur importance au profit de mises en situation, d’utilisations de volumes importants de documents multimédia issus de situations réelles et du recours aux approches ludiques. Les nouveaux formats et les outils de formation permettent une intégration de plus en plus marquée de l’apprentissage dans le flux d’activité de l’entreprise. Des séquences de formations très courtes et très ciblées sont associées aux questions opérationnelles concrètes. Elles sont accessibles du poste de travail et peuvent être mobilisées en fonction des besoins.
Vers une économie de la connaissance
Nous assistons donc à un effacement relatif de la frontière entre formation et activité productive. L’accès à la connaissance devient ainsi une activité permanente des collaborateurs de l’entreprise, traduisant ainsi dans la vie quotidienne le concept d’économie de la connaissance. Cependant, ces nouvelles formes très opérationnelles ne supplantent pas les autres formes d’accès et surtout les autres contenus. Nous assistons à une démultiplication des formes d’accès à la connaissance et des types de contenus ce qui se traduit par un accroissement significatif des volumes de connaissances utilisés et une transformation des méthodes et des modes d’accès. À travers ce phénomène, c’est l’ensemble de la relation de l’entreprise avec la connaissance qui est en train de se modifier structurellement.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas