L'industrie du disque européenne plébiscite l'abandon des DRM

Par 19 février 2007
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Steve Jobs se serait-il fait le héraut de la bataille contre les DRM (Digital Rights Management)? Le p-dg d'Apple, propriétaire de l'iPod et de sa plate-forme dédiée iTunes, dont les morceaux...

Steve Jobs se serait-il fait le héraut de la bataille contre les DRM (Digital Rights Management)? Le p-dg d'Apple, propriétaire de l'iPod et de sa plate-forme dédiée iTunes, dont les morceaux sont pourtant disponibles sous DRM, avait appelé récemment les majors à abandonner la mise en place de ces verrous, accusés de brider l'essor de la musique numérique.
 
Une étude publiée par Jupiter Research sur le marché de la musique en Europe confirme ce mouvement anti-DRM: selon le cabinet, 62% des acteurs de l'industrie du disque en Europe estiment qu'une abolition des verrous numériques permettrait un meilleur essor de la musique en ligne.
 
La moitié environ des professionnels interrogés dénonce des mesures de protection trop restrictives. Et pour 70% d'entre eux, l'interopérabilité des DRM pourrait représenter un moyen efficace d'augmenter les ventes.
 
Suppression des DRM ou adoption d'un système de verrous commun? Si aucune solution n'a encore été définie, l'abandon total de toute gestion des droits numériques effraie encore les majors. Pourtant, de plus en plus de plates-formes de téléchargement de musique mettent désormais en vente des morceaux, généralement issus de labels indépendants, sans protection. Récemment, FnacMusic, qui propose depuis janvier 170 000 titres au format MP3 sans DRM, a même annoncé une augmentation de ses ventes. La prospérité de ces plates-formes pourrait-elle définitivement convaincre les grands acteurs de l'industrie du disque?
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 19/02/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas