L'industrie musicale fera-t-elle sa révolution en Chine ?

Par 13 avril 2009

Extrait du catalogue proposé par Top100.cn   L'industrie musicale se souviendra peut être de ce événement comme un tournant décisif de son histoire, depuis la remise en cause de son modèle économique par l'Internet. Google Chine vient en effet d'annoncer conjointement avec le portail de musique chinois Top100.cn, le lancement d'un service de recherche et de téléchargement légal et gratuit pour les internautes chinois. Les quatre plus grandes compagnies de musique (Sony, Warner, EMI et Universal Music), ainsi que l'administration des droits d'auteurs musicaux en Chine (Music Copyright Society of China) sont donc tombées d'accords pour offrir aux internautes un catalogue de plus de 350 000 titres. Si la majorité des chansons proviennent d’artistes locaux, une partie est produite par des chanteurs étrangers. Et ce n'est qu'un début. Plus d'un million de titres seront disponibles dans les mois à venir. Google et Top100.cn se partageront les revenus publicitaires avec les maisons de disques concernées. Des liens de téléchargement sont présents pour les chansons, mais ils sont grisés pour tous les connectés qui ne sont pas de Chine. La Chine est le seul pays où Google diffusera légalement et gratuitement de la musique.

Selon Kai-Fu Lee, le président de Google China, "protéger les recherches musicales du piratage est la base de l'innovation et du développement à long-terme de ce nouveau service de Google".  Contrer Baidu sur son propre terrain Google espère avec ce nouveau service attirer d'avantage et gagner en parts de marché. "Cette arrivée de Google ne devrait pas révolutionner le marché actuel mais mettra une pression supplémentaire sur les épaules de son concurrent" déclare Mr Lui Min, analyste chez BDA. Baidu a fait justement l'objet de procédures judiciaires de la part des labels Universal, Warner et Sony BMG Sony qui lui reprochent de cautionner le téléchargement illégal de musique en ligne. Cependant, selon Mr Wei Guichan, analyste chez CCID Consulting  "Les droits d'auteur n'étant pas encore une priorité pour les utilisateurs chinois, cette nouvelle offre ne va pas avoir beaucoup d'effet sur la réduction du piratage, véritable fléau pour les artistes chinois".  [Via : Aujourd'hui La Chine] L’Atelier Asie - BNP Paribas Web : http://asie.atelier.fr Wap : http://asie.atelier.mobi

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas