L'industrie pharmaceutique française est en retard dans la préparation

Par 18 décembre 1997
Mots-clés : Europe

de l'introduction de l'euro. Même si les laboratoires français ont bien compris qu'il leur faut remettre à plat leur stratégie et réajuster leurs prix à la baisse du fait du passage à l'euro, ils a...

de l'introduction de l'euro. Même si les laboratoires français ont bien
compris qu'il leur faut remettre à plat leur stratégie et réajuster leurs
prix à la baisse du fait du passage à l'euro, ils accusent un net retard
face à leurs collègues européens. Alors que 90 % des laboratoires
Allemands ont une idée précise de leur budget euro, 50 % en Suisse, ils
sont seulement 20 % en France. Comme le souligne le directeur euro chez
Cap Gemini, Philippe Dumont "Le fait que les laboratoires français ne
savent pas chiffrer le coût du passage à l'euro montre bien qu'ils ne sont
pas très avancés dans leurs réflexion". Le coût global du passage à l'euro
pour l'ensemble des laboratoires européens est estimé à près de 1,5
milliard d'écus (près de 10 milliards de F), dont 1 milliard pour
l'adaptation des systèmes d'information, l'informatique étant de loin le
premier poste de dépenses. Selon la taille des entreprises, le budget euro
devrait varier entre 15 et 25 millions d'écus pour un grand laboratoire,
entre 10 et 15 millions d'écus pour un moyen et entre 5 et 10 millions
d'écus pour un petit laboratoire.
(Le Figaro - Les Echos - 18/12/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas