L'influence sur les médias sociaux se mesure en fluctuations boursières

Par 20 août 2010
Mots-clés : Digital Working

Empire Avenue lance une place de marché virtuelle où la cote des personnes - physiques ou morales - correspond à leur notoriété effective sur les plates-formes communautaires.

Pour mesurer l'influence des internautes sur les médias sociaux, pourquoi ne pas créer une place de marché virtuelle, où apparaîtraient les courbes de notoriété de chacun d'entre eux ? C'est le concept imaginé par Empire Avenue, qui propose aux entreprises comme aux simples utilisateurs du web social d'investir virtuellement dans des actions boursières spécifiques, qui correspondent à celles d'autres personnes physique ou morale. Lorsqu'il s'inscrit sur la plate-forme, l'actionnaire en puissance possède un capital de monnaie virtuelle, baptisée "eaves", qui lui permet d'acheter des actions, en fonction de ses amitiés sur les réseaux sociaux, de son intérêt pour telle ou telle enseigne, ou simplement du caractère prometteur d'une valeur montante, de plus en plus influente. "Ce système a de grandes chances de prendre de l'ampleur", juge Pascal Dubord, PDG de l'agence Idewan, spécialisée dans le social media et le community management.
Evaluer l'e-réputation d'un individu ou d'une marque
"Les recommandations groupées concernent habituellement des produits ou des services. Ici, il s'agit d'évaluer l'influence d'un individu ou d'une marque", note-t-il. Pour le spécialiste, il est aujourd'hui essentiel de déterminer les personnes influentes sur les médias sociaux, et les outils qui permettent une telle identification sont encore rares. Pour calculer la valeur boursière d'une personne, le système mis en place par Empire Avenue prend en compte les recommandations des individus, le nombre d'achats ou de ventes d'actions, et l'activité réelle sur les médias sociaux. "Le succès de cette plate-forme dépendra de l'adéquation entre la qualité des algorithmes développés et la réelle influence qui en découle", précise le spécialiste.
Un média social à part entière, doublé d'un jeu boursier
Et d'ajouter : "si on n'arrive pas rapidement à déterminer de manière claire la notoriété d'une personne - non pas dans le jeu, mais effectivement -, les internautes vont vite s'en désintéresser". Le service agrège les flux réels des réseaux de l'individu ou de la marque entré en bourse : son fil Twitter, Facebook, FlickR, ainsi que son flux RSS. "C'est un média social à part entière, en même temps qu'un jeu boursier", souligne le responsable. Tout en insistant sur le caractère ludique du site, avec un système de paliers, de points, et la fluctuation de la monnaie virtuelle.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas