L'informatique distribuée vaut bien un enseignement

Par 09 octobre 2007

Avec l'aide de Google et IBM, un ambitieux programme éducatif voit le jour pour favoriser la création de logiciels compatibles avec les grilles de calcul.

Les applications qui distribuent les calculs sur un grand nombre de machines ont le vent en poupe. Il n'y a qu'à citer le Seti ou encore le Decrypton pour en saisir l'intérêt. Problème : peu d'informaticiens sont capable de développer des applications susceptibles de fonctionner avec un grid (grille de calcul). Heureusement, un cursus ad hoc initié par l'université de Washington - Google 101 -, va être étendu à l'ensemble du territoire américain. Ce, avec l'aide de deux poids lourds. Google et IBM vont en effet mener un programme commun visant à fournir matériel, logiciels et services dédiés à la communauté de chercheurs et d'étudiants en science de l'informatique.
 
Enseigner l'informatique distribuée
 
Cette initiative d'envergure nationale devrait permettre de faire tomber les barrières logistiques et financières empêchant les universités américaines de proposer des cursus dédiés à l'informatique distribuée sur un très grande échelle. "Il s'agit d'une informatique d'un nouveau genre centrée sur l'analyse d'énormes quantités de données et s'appuyant sur de très nombreux ordinateurs", a indiqué Ed Lazowska, professeur de l'université de Washington, premier établissement à avoir bénéficié du programme. Et d'ajouter : "cette discipline a émergé récemment. Les universités ne l'ont pas enseignée car elle nécessite des équipement informatiques importants et les logiciels y sont très complexes". 
 
Des milliers de processeurs
 
Dans le cadre de ce projet, Google et IBM ont ainsi prévu de mettre plusieurs centaines d'ordinateurs et de serveurs à disposition du monde universitaire. Au total, c'est une infrastructure délocalisée de près de 1 600 processeurs qui devrait être formée, indique la firme de Mountain View. Les étudiants pourront accéder à cette puissance de calcul via un site Internet dans le cadre de leur projet dirigé de programmation parallèle. A l'université de Washington, les étudiants participant au programme auraient déjà réussi à développer des programmes complexes autour de l'informatique distribuée. Ils auraient en effet créé un logiciel permettant d'analyser l'encyclopédie en ligne Wikipédia, et d'en classer le contenu par zone géographique. Cette initiative est totalement complémentaire de celle menée par le San Diego Supercomputer Center. Celui vise à élargir l'accès à ses ressources de calcul informatique aux chercheurs peu familiers des joies du grid computing. Pour y arriver, le San Diego Supercomputer Center ne se propose pas de les éduquer. Non, sa volonté est de leur éviter ce type de programmation, en prenant en charge la redistribution des calculs à l'ensemble des machines de sa grille.
 

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas