L'informatique répare artificiellement la vue

Par 17 octobre 2007
Mots-clés : Smart city

Un système comprenant une caméra couplée à un circuit électronique et des lunettes de vue suffit à améliorer la vie de personnes souffrant de déficiences visuelles.

Un dispositif optoélectronique contrecarre les effets de pathologies des yeux comme la cataracte ou la dégénérescence du macula. Sous ces termes barbares, se cache une plate-forme capable de corriger les défauts de perception d'un œil malade. Elle est composée d'une caméra, d'un viseur placé sur la lunette et d'un système informatique reproduisant le fonctionnement des services de traitement de vidéo en temps réel basés sur des algorithmes. Elle utilise également un circuit logique programmable (également appelé FPGA pour Field-Programmable Gate Array), qui permet de reconfigurer le système. Et donc de s'adapter aux évolutions de la maladie du patient.
 
Des algorithmes qui refaçonnent l'image
 
Baptisé SERBA (Reconfigurable Electric-optical System for Low Vision), il est développé conjointement par l'université de Grenade et celle de Murcia. Le programme qu'il contient, adapté à la déficience visuelle du patient, est stocké au sein de la mémoire interne. Les algorithmes permettant d'adapter les images enregistrées à la vision du patient fonctionnent pour leur part automatiquement. Celles-ci sont ensuite projetées sur un viseur similaire à ceux utilisés par l'armée. Et permettent à l'utilisateur du système de bénéficier automatiquement d'une perception améliorée du monde qui l'entoure.
 
En voie de commercialisation
 
Pour le moment, huit patients souffrant de rétinite pigmentaire, une maladie génétique qui réduit le champ de vision, ainsi que six autres personnes aux pathologies différentes ont testé le prototype. Selon les chercheurs, le projet devrait être suffisamment efficace pour permettre à ses utilisateurs de conduire malgré leur déficience visuelle. Pour le moment, il a déjà été utilisé pour élaborer des télescopes inversés et autres dispositifs à format large anamorphosé. Mais, annoncent les chercheurs, plusieurs sociétés se seraient déjà montrées intéressées pour le commercialiser.
 

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas