L'informatique au service de l'autonomie des personnes âgées

Par 23 juillet 2007
Mots-clés : Smart city

Des chercheurs américains élaborent de nouvelles solutions informatiques pour suivre médicalement les personnes âgées tout en préservant leur vie privée...

Des chercheurs américains élaborent de nouvelles solutions informatiques pour suivre médicalement les personnes âgées tout en préservant leur vie privée.
 
Une équipe de chercheurs de l'Indiana University School of Informatics travaille actuellement à l'intégration de dispositifs de suivi de la santé dans des objets communicants grand public (PDA, téléphones ou ordinateurs portables). Un PDA pourrait ainsi aider une personne souffrant de diabète en enregistrant le contenu de la totalité de ses repas. Ce projet, baptisé "ubicomp" pour ubiquitous computing - ou réseau omniprésent, s'adresse plus particulièrement au traitement médical des personnes âgées. Les premières expérimentations de ce dispositif, qui a vu le jour grâce à la donation par la National Science Foundation de la somme de 821 000 dollars, seront menées au sein d'un laboratoire un peu particulier. Un groupe de volontaires de la résidence Meadowood Apartments servira en effet de cobaye pour tester les différentes applications au jour le jour.
 
Faire rimer technologie et bien-être des personnes âgées
 
"Notre projet répond au défi majeur du respect de la vie privée tout en utilisant un ordinateur capable de veiller à la santé de son propriétaire, en créant un environnement préservé au sein d'une habitation [...]", explique Jean Camp, professeur et expert des questions de vie privée et d'impact des technologies sur l'individu et la société. Et d'ajouter: "Nous veillerons au bien-être physique, mental et social des participants".
 
Cette surveillance, pour être définitivement adoptée par une population vieillissante, devra impérativement respecter la vie privée. C'est pourquoi les chercheurs travaillent à des solutions capables de déceler toute modification de l'état de santé sans interférer avec l'intimité du patient. Entre autres projets envisagés, celui d'un capteur installé sur le comptoir de la cuisine et que le patient devrait toucher chaque matin avant son petit-déjeuner. L'intégration d'un capteur du même type dans une télécommande de la télévision pour mesurer le rythme cardiaque de son propriétaire a également été avancée.
 
Le respect de la vie privée en ligne de mire
 
"Une variation dans les habitudes de l'utilisateur pourrait indiquer un problème potentiel si elle nous est transmise suffisamment tôt, et nous permettre de l'empêcher de se développer", souligne Lesa Lorenzen-Huber, professeur assistant à la IU School of Health, Physical Education and Recreation. "Il pourra s'agir d'un repas manqué, ou de siestes trop longues en journées qui pourraient indiquer la présence d'effets médicamenteux secondaires ou les signes d'une dépression", ajoute-t-elle. Le projet est prévu pour s'étaler sur une période de trois années.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/07/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas