L'innovation est une question de culture d'entreprise

Par 19 novembre 2008

Ce n'est pas le pays d'appartenance d'une société qui détermine sa capacité à innover et être première sur un marché. C'est son aptitude à diffuser une culture d'entreprise tournée vers l'innovation.

"La culture d'entreprise est, par dessus tout, le facteur de conduite de l'innovation le plus important", explique Rajesh Chandy, professeur de marketing à la Carlson School of Management de l'université du Minnesota et auteur d'une étude à paraître dans la prochaine édition du "Journal of Marketing". En règle générale, la mesure de l'innovation se fait en fonction du pays d'implantation d'une entreprise : la politique gouvernementale, le niveau de développement du pays et le capital d'une entreprise comptent en effet certainement comme des critères qui facilitent la possibilité pour une entreprise de mettre au point des produits novateurs. Mais pour l'équipe à l'origine de l'étude, ce lieu d'ancrage n'est pas un facteur déterminant de la capacité et de la facilité d'innovation. Ce qui l'est, ce sont au contraire certaines habitudes culturelles internes clés.
S'adapter rapidement, diffuser une culture forte de l'entreprise
Les sociétés qui fonctionnent autour de la valorisation de quelques produits leaders et qui sont soutenues par des perspectives de gains, ainsi que celles qui sont capables de s'adapter rapidement et qui gardent un œil permanent sur les évolutions du marché, sont ainsi celles dont le degré d'innovation est le plus élevé, estiment les chercheurs. Lesquels se sont penchés sur le fonctionnement de près de huit cent sociétés réparties dans dix-sept pays. "Le hub de l'innovation n'est pas dans le pays, il est au sein même de la société", ajoute Rajesh Chandy. Le chercheur rappelle du coup l'importance du rôle des managers, qui doivent encourager cette culture de l'innovation. Ils doivent aussi s'attacher à trouver les stratégies qui feront la nouveauté, et qui ne sont pas propres seulement à leur industrie et à leur pays.
Une attitude à cultiver en temps de crise
A noter : la mise en place d'une culture d'entreprise dédiée à l'innovation se cultive sur le long terme. En des temps de crise économique, elle peut sembler dérisoire par rapport aux questions de gestion courante. Selon Rajesh Chandy, cette tentation est un écueil dans lequel il ne faut pas tomber. Principale raison : des produits considérés comme novateurs comme l'iPhone, par exemple, se traduisent en bénéfices financiers bien réels. D'ailleurs, la commercialisation de ces innovations est un indicateur des performances financières d'une société plus fiable que d'autres mesures populaires comme l'enregistrement de brevets, concluent les auteurs de l'étude.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas