L'internaute élargit la définition du spam

Par 26 mars 2008 2 commentaires
Mots-clés : Future of Retail

La notion de courrier indésirable a changé. Les consommateurs sont aujourd'hui une majorité à considérer les messages "inintéressants" comme des spams. Une définition évolutive qui touche de près les marketeurs.

Le spam n'est plus ce qu'il était. Ou plutôt, les internautes n'ont plus la même perception de ces messages intempestifs. D'après une récente enquête réalisée par Q Interactive, le "Spam Complainers Survey", la définition d'un courrier indésirable est aujourd'hui plus large dans l'esprit du public. D'abord vue comme un envoi commercial non sollicité, la notion de spam a évolué pour comprendre également les messages dits insatisfaisants, ou ne répondant pas à un besoin particulier du destinataire. Plus de la moitié du panel d'internautes interrogés à ce sujet - la taille de l'échantillon n'est pas précisée - ont effectivement défini un message marketing comme un courrier indésirable dans la mesure où celui-ci "n'était pas intéressant".
Divers motifs de plainte
Un avis qui concernait notamment les messages reçus de sources connues. Les participants étaient également 50 % à considérer comme "bien trop fréquents" les e-mails provenant des "compagnies qu'ils connaissent". Un tiers des sondés aurait par ailleurs souligné le cas de courriers "qui ont fait la preuve de leur utilité mais ne sont désormais plus pertinents". Interrogés sur leur utilisation de la fonction de suppression des spams de leur compte e-mail, un peu moins de la moitié des participants aurait déclaré l'utiliser pour d'autres motifs que des "messages non sollicités". Le manque d'intérêt du message était encore une fois évoqué par environ 40 % d'entre eux et l'envoi de trop nombreux courriers par le diffuseur venait en second motif de "rejet".
Un public incertain quant à la fonction de gestion des spams
L'étude souligne par ailleurs une confusion des internautes quant à la fonction de gestion des spams de leur boîte mail. Plus de la moitié des personnes interrogées estimait que déclencher la suppression d'un spam permettait ensuite de filtrer les messages provenant de son émetteur. Un cinquième d'entre elles pensait pour leur part que l'auteur du courrier indésirable se voyait ainsi notifier le "manque d'intérêt" de son message pour l'utilisateur. Ce dernier type de réponse traduit l'idée couramment admise que l'émetteur peut prendre en compte cette suppression et ainsi mieux cibler ses futurs messages, indique Q Interactive. 47 % des sondés considéreraient même le fait de supprimer un spam comme un moyen d'annuler une éventuelle souscription à un service de notification par exemple. "Tous ces éléments indiquent que les systèmes de filtrage des e-mails actuels ne fonctionnent pas", conclut Matt Wise président de Q Interactive.

Haut de page

2 Commentaires

Toutes les publicités intempestives nous pourrissent la vie, notamment La Fiat qui envahuit l'écran et que l'on ne peut aliminer qu'en fermant et recommancer.

Soumis par oliveri (non vérifié) - le 29 avril 2008 à 16h37

Bonjour,
Je fais parti des millions d'internautes reçevant régulièrement des messages des mêmes expéditeurs. Comment faire pour les bloquer dès le départ et non sur Outlook avec des règles de messages? Je voudrai que ces expéditeurs intempestifs reçoivent un message du postamaster avec une erreur 571.... interdisant tout envoi vers mon adresse. Si vous avez une idée, je la prends de suite.

Soumis par Hagens (non vérifié) - le 06 août 2008 à 10h06

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas