L'internaute engagé et bavard ne fait pas forcément le leader d'opinion

Par 23 octobre 2009 1 commentaire

Sur les blogs et réseaux sociaux, la majorité des conversations est souvent tenue par des individus ayant des opinions très marquées. Une monopolisation qui leur donne l'impression - parfois fausse - d'être en majorité.

Les personnes ayant des opinions fortes ont plus tendance que celles plus modérées à s'exprimer sur les réseaux sociaux. Ce qui leur donne l'impression d'être en majorité et que leurs avis sont plus partagés qu'ils ne le sont en réalité. Telle est la conclusion d'une équipe de chercheurs de l'université de l'Ohio. Selon elle, ces personnes ont plus besoin de partager leurs opinions - et c'est souvent parce qu'elles croient qu'elles sont nombreuses à avoir les mêmes idées. "C'est un cercle qui se nourrit lui-même", explique Kimberly Rios Morrison, responsable de l'étude. "Plus ces personnes s'expriment en public, plus elles ont l'impression qu'elle sont nombreuses et représentatives de l'opinion de la majorité". C'est plus précisément le fait de paraître nombreux qui les encourage à s'exprimer encore davantage, ajoute la chercheuse.
Les raisons pour s'exprimer
Reste que parler plus fort n'est pas forcément avoir plus d'influence, nuance Sami  Jaber, fondateur de DNG Consulting. "C'est vrai que sur les plates-formes communautaires, les gens qui s'expriment beaucoup sont ceux qu'on référencie le plus", explique-t-il à L'Atelier. "Surtout si leurs avis vont à contre-courant de l'opinion de tout le monde. Ces gens là sont écoutés, mais pas forcément soutenus". Et d'ajouter : "C'est donc plutôt le fait d'être écouté et entendu qui les encourage à écrire". Si l'analyse est valable sur les réseaux sociaux et les blogs grand public, le constat est plus mitigé au niveau professionnel. En entreprise, les leaders d'opinion sont clairement moins influents, note le responsable.
Et dans le milieu professionnel ?
"Sur les blogs et réseaux d'entreprise, il existe toujours une autocensure", précise-t-il. "Car le salarié représente sa marque". Les gens qui ont des opinions allant à contre-courant de la pensée générale vont les publier sur leurs propres blogs, ajoute-t-il. "Si l'on poste sur le 2.0 de l'entreprise, il y a toujours un intérêt derrière. Par exemple, pour faire du marketing". En revanche, sur les réseaux de collaboration internes on peut s'exprimer plus librement... mais pas tout à fait. "En exprimant des opinions très tranchées en interne, on prend le risque de se faire exclure du groupe", conclut le spécialiste. "Car on peut vite se faire cataloguer comme la personne radicale par ses supérieurs hiérarchiques".

Haut de page

1 Commentaire

Cela n'est pas vraiment étonnant... On a trop tendance à oublier l'armée silencieuse des ombres... Au grand bonheur des agences web etc.

Soumis par jean (non vérifié) - le 13 novembre 2009 à 16h44

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas