L'internaute social est aussi un distributeur

Par 26 février 2009
Mots-clés : Future of Retail

Tibesti lance un réseau social de la consommation sur lequel les internautes échangent et recommandent des produits. Si l'un de ceux qu'ils commentent est vendu depuis leur page, ils touchent une commission.

Tibesti exploite le concept de marketing viral sur réseaux sociaux et propose aux internautes de rejoindre une communauté dédiée à la recommandation et à l'échange autour de biens à vendre. Chaque internaute a sa page personnelle et joue le rôle d'expert en commentant un produit vendu par l'un des partenaires marchands du site. S'il pousse à l'achat des consommateurs indécis et en quête d'informations, Tibesti lui reverse la moitié de la commission qu'il touche. Il est aussi possible d'échanger avec les autres membres. Le site appelle ce concept du Social Product Networking. L'initiative profite de l'engouement pour les réseaux sociaux et le besoin qu'ont les internautes d'obtenir des informations de leurs pairs.
Un réseau social de la consommation
"Nous souhaitons proposer un environnement dynamique social uniquement consacré à la consommation", commente Adit Reddy, co-fondateur de Tibesti. L'intérêt ici, c'est que chacun peut prétendre à endosser le rôle d'un leader d'opinion. Et de gagner de l'argent par ce biais. Le site reverse leurs commissions aux internautes tous les trimestres. Seul bémol : pour le moment, les personnes qui ont ouvert un profil ne sont pas nombreuses à donner leur avis sur des produits. En plus des notes laissées par les membres, le site dispose d'un réseau d'experts chargés de mettre en avant et commenter les produits qu'ils considèrent comme les meilleurs de leur catégorie.
Dans la lignée de Kaspersky
Tibesti annonce enregistrer plus de cinq mille produits commentés par une centaine de ces professionnels - designers, stylistes, coiffeurs, horticulteurs, etc. Le site précise ne leur imposer aucune règle tant qu'il n'y a pas de conflit d'intérêt. C'est-à-dire tant que le commentateur n'annote pas un produit concurrent de ceux qu'il est susceptible de produire. Kaspersky proposait déjà à l'internaute de devenir distributeur en développant un widget qui se télécharge sur un blog ou une page de réseau social. A chaque vente, l'utilisateur gagne une part de la commission.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas