L'Internet 1Gb/s bientôt dans les foyers ?

Par 28 janvier 2008
Mots-clés : Digital Working

Un projet européen vise à développer un nouveau standard de communication dont la vitesse de transfert de données serait d'1 Gbit/s. Un objectif qui ouvre de nouvelles perspectives pour l'accès à Internet.

La connexion de monsieur tout le monde pourrait voir s'écouler des flux de données à la vitesse d'un gigabit par seconde (1 Gbit/s). C'est en tout cas l'objectif du projet Omega qui réunit une vingtaine de partenaires industriels et universitaires et est financé par la Commission européenne. Une vitesse pouvant être atteinte aussi bien en transmissions ascendantes que descendantes, indique le consortium qui vient de lancer le projet pour une période de trois ans. Cette initiative ambitieuse devra faire face à de nombreux défis technologiques, notamment en matière de communication optique et sans-fil. Et au-delà de cet objectif de performance, c'est également la praticité de l'accès au réseau que souhaitent améliorer les tenants du projet.
Simplicité d'utilisation
Pour ce faire, ils entendent connecter les appareils domestiques à Internet bien sûr mais également entre eux via la combinaison de courants porteurs en ligne et de connections sans-fil. "L'accès aux informations, aux entreprises et aux services de divertissements via un réseau local deviendra ainsi un service qui va de soi comme, par exemple, l'électricité, l'eau ou l'essence", commente Jean-Philippe Javaudin, coordinateur du projet OMEGA chez Orange Labs. Une méthode qui reviendrait à créer une sorte d'épine dorsale vectrice des communications dans tout le domicile, selon l'expression utilisée par des responsables d'Omega. Le tout sera chapeauté par une technologie nommée Media Access Control permettant de gérer l'ensemble des connexions.
Répondre à de nouveaux besoins 
Côté utilisateur, l'emploi d'un tel dispositif permettrait de connecter l'ensemble de ses équipements au réseau sans passer par des montages compliqués. "Les utilisateurs n'auront pas besoin de réinstaller de nouveaux câbles à leurs équipements pour la mise à niveau permettant l'accès au réseau domestique gigabit", souligne Martial Bellec, directeur technique d'Omega chez Orange Labs. Enfin, un tel système pourrait constituer une alternative aux limitations que présentent les actuelles architectures réseaux locales qui, à terme, satureront face à la demande de services toujours plus exigeants en termes de débits. Services parmi lesquels on compte la vidéo haute résolution, le jeu en ligne, les applications de santé, et bien d'autres.   

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas