L'interopérabilité, à la base des communications d'urgence

Par 30 novembre 2010
des fils enroulés

Faciliter la communication entre les différentes entités gouvernementales après une catastrophe est la principale préoccupation des professionnels du secteur. Les investissements s'en ressentent.

L'interopérabilité des systèmes de communication d'urgence préoccupe les Etats-Unis. La preuve : si l'on en croit le rapport publié par Input & Deltek, ce sont près de 40 milliards de dollars qui devraient y être consacrés d'ici 2015, au niveau national comme local. Dans le détail, une enquête menée auprès de professionnels de la sécurité nationale révèle que si pour plus des trois quart d'entre eux la coordination des informations étatiques et locales est la priorité, c'est bel et bien l'interopérabilité des communications qui se positionne à la seconde place, en étant plébiscité par près de 70 % des répondants. "Les Etats et les organismes locaux sont disposés à dépenser plus d'argent pour la fiabilité et la couverture de l'interopérabilité des communications", explique Kate Gollogly chercheuse chez Input.

Les états soucieux de la fiabilité de leurs communications

Ces derniers passant par l'allocation de bandes de fréquences dédiées, par le développement de solutions d'information sur les médias sociaux, ou encore d'augmentation du nombre d'applications dans les nuages. Parmi les initiatives repérées par le cabinet, on peut citer celle de l'Etat du Maine, qui a alloué 45 millions de dollars à la mise en place de technologies convergentes et standardisées, et qui a encouragé la collaboration entre plusieurs organismes gouvernementaux pour mettre au point des systèmes de communication communs. Reste que ce passage vers des communications interopérables n'est pas que d'ordre technologique. Pour 60 % des personnes interrogées, il est avant tout nécessaire de mettre en place des structures de gouvernance efficaces.

L'évolution des technologies de l'information pousse à l'investissement

Ils sont aussi nombreux à préciser que le déploiement de programmes d'entraînement pour rendre l'usage de ces outils de communication facile d'accès sera aussi indispensable. Dans le détail, ce sont plus de 590 millions de dollars qui seront consacrés au cours de l'année 2011. Et pas moins de quatre milliards qui sont d'ores et déjà destinés à des projets prévus jusqu'en 2015. A noter que l'interopérabilité des communications liées à la sécurité publique est une préoccupation présente tout particulièrement en Californie, au Texas, dans l'Etat de New York, en Floride, dans l'Illinois ou encore en Pennsylvanie. Cela pour des cas allant de catastrophes naturelles à des interruptions de trafic.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas