L'iPhone est un outil de productivité pour le secteur automobile

Par 05 juin 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

MyCar intègre l'appareil d'Apple à la chaîne de production : il développe des applications qui favorisent une meilleure communication sur le terrain. But : optimiser le rendement des professionnels.

Pour augmenter la productivité des professionnels présents sur les chaînes de montage de véhicules, le projet MyCar parie sur les appareils Apple, mobile et baladeurs. Il développe une application qui concentre dans l'iPhone ou l'iPodTouch tout un bureau virtuel (téléphone, SMS, emails etc.) transportable sur le terrain. L'intérêt : faciliter la communication entre les techniciens et les ingénieurs. Concrètement, les nombreux documents techniques nécessaires lors des interventions sont directement visualisables en 3D via l'appareil. Les meneurs du projet mettent en avant le fait que la virtualisation de la documentation évite les déplacements pour se référer aux feuillets.
Des gains de productivité
Mais aussi la perte de temps à mémoriser les informations. De plus, les outils communicants des appareils sont utilisés pour mettre à jour et transmettre les informations en temps réel, faire des recherches dans les bases de données, demander des détails supplémentaires... Ce, afin d'intégrer le consommateur au processus d'assemblage qui intervient directement via les responsables sur la conception de sa voiture. En effet ils peuvent demander des modifications sur la structure du véhicule via une chaîne de montage virtuelle.
Des voitures plus personnelles
Les créateurs expliquent que ce projet est une solution pour renforcer le principe de la construction en flux tendu en adaptant les services des professionnels de l'automobile à la demande. De plus, l'outil simplifie les changements de production nécessaires au suivi des variations du marché. Dernier point avancé : la disparition des documents papiers diminue l'impact environnemental de l'industrie automobile. Ce projet est testé en partenariat avec Volvo dans une chaîne de montage en Suède. Il est financé par l'Union européenne dans le cadre du "Sixth Framework Programme".

Haut de page

1 Commentaire

Quelle ineptie!
Lire: "Ce, afin d'intégrer le consommateur au processus d'assemblage qui intervient directement via les responsables sur la conception de sa voiture. En effet ils peuvent demander des modifications sur la structure du véhicule via une chaîne de montage virtuelle."
C'est totalement méconnaitre le process de conception qui ne souffre pas l'improvisation. La moindre modification, avec les études, la mise en production chez le fournisseur, les validations, la montée en cadence sont de 9 mois à un an...
Dans le meilleur des cas et ce n'est jamais pour faire plaisir au consommateur, mais toujours avec un retour sur investissement de 9 mois et un gain à 13% mini.

Soumis par Bellin Philippe (non vérifié) - le 05 juin 2009 à 18h51

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas