L'iPod dans la ligne de mire des écologistes

Par 05 avril 2005

L'iPod a séduit le monde entier. Il est apprécié de tous. De tous ? Non, une poignée d'environnementalistes et d'écologistes résiste encore et toujours au baladeur star d'Apple. L'iPod n'est...

L'iPod a séduit le monde entier. Il est apprécié de tous. De tous ? Non, une poignée d'environnementalistes et d'écologistes résiste encore et toujours au baladeur star d'Apple. L'iPod n'est donc pas parfait, qu'on se le dise : aux Etats-Unis, des associations ont lancé des campagnes publicitaires contre lui.

En cause ? La pile de l'iPod, qu'Apple a pris soin de ne faire durer qu'au mieux trois ans. Impossible à remplacer, la pile une fois épuisée contraint le mélomane à jeter avec elle le baladeur complet. Or, à ce jour, Apple a vendu quelque 4,5 millions d'exemplaires de son iPod. Autant dire que pour les associations écologiques, inquiètes du recyclage des déchets informatiques et électroniques, l'iPod est inquiétant.

Selon le Computer Take Back Campaign, les produits Apple vendus aux Etats-Unis seraient porteurs e 18 millions de kilos de plomb. L'iPod et sa pile en contiennent leur part. Apple a mis en place un système de renvoi de son baladeur, une fois les batteries épuisées, dans des centres de service. Seulement, les associations écologiques déplorent que les frais de remplacement des piles ne coûtent quasiment autant que l'achat d'un nouvel appareil.

Le Computer Take Back Campaign et le Green Guide Institute de New-York ont reçu le soutien de grandes organisations comme Greenpeace. Ensemble, ils demandent aux utilisateurs d'envoyer un mail ou un fax à Steve Jobs, le patron d'Apple, pour réclamer des politiques de collecte des déchets Apple et de recyclage et pour que les piles de l'iPod soient plus facilement remplaçables. Cette deuxième réclamation devrait avoir du mal à faire plier.

(Atelier groupe BNP Paribas - 05/04/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas