Lire le journal en papier électronique est écologique

Par 22 novembre 2007
Mots-clés : Smart city, Europe

Les technologies de e-paper apparaissent plus économes en terme de consommation énergétique que d'autres formats. Leur efficacité réelle en terme d'impact sur l'environnement est cependant incertaine.

Lire son journal sur papier électronique (e-paper) est plus écologique que de consulter les sites d’information sur Internet. A titre de comparaison, l’impact environnemental (consommation énergétique, pollution induite) d’une lecture de trente minutes sur le premier support serait équivalent à seulement dix minutes passées sur les pages d’un site web. Ces estimations, réalisées par le centre des communications durables de l’Institut Royal de Technologie de Stockholm, soulèvent bien sûr la question de l’efficacité énergétique de ces différents supports, enjeu qui pourrait être un facteur clé de l’adoption future des technologies de papier électronique. Celles-ci rendent des supports souples - généralement faits de plastique - modifiables électroniquement.

Une efficacité environnementale incertaine

Elles apparaissent comme un mode d’affichage peu coûteux en terme de consommation énergétique. L’étude “Screening environmental life cycle assessment of printed, Web-based, and tablet e-paper newspapers”, souligne cependant que de nombreux autres facteurs définissent l’impact environnemental réel de ce type de produits. « L’étude montre que le papier électronique a un certain potentiel d’un point de vue environnemental s’il fait l’objet de l’intérêt des lecteurs et des entreprises. Cependant, nous ne savons toujours pas comment cette technologie pourra être retraitée, et les données quant aux éléments chimiques que contient le e-paper restent incertaines », a déclaré Åsa Moberg, chercheuse à l’institut. Dans le cadre de leur utilisation, les différents supports papiers, Internet via un écran d’ordinateur, et les e-paper, présentent une efficacité énergétique qui ne se reflète pas dans leur processus de fabrication.

L’impact de la production

C’est ainsi le cas du classique journal en papier, format dont la lecture n’exige aucun apport d’énergie bien sûr, mais dont l’impression est tout à fait énergivore. Dans d’autres proportions, c’est également le cas du papier électronique, tandis que pour la variante web, l’activité de lecture est la plus consommatrice. Autre facteurs à prendre en compte : le nombre d’utilisateurs à consulter la même version d’un journal, ainsi que la durée de vie du support. Plus que sur ses propres avantages, le succès du e-paper pourrait se faire sur les faiblesses des formats concurrents. Le plus important est que ce soit un succès. Et que ce soit Les Echos avec leur offre E-Paper ou Amazon.com avec son dispositif de lecture Kindle, peu d'acteurs de la chaîne informationnelle en doutent.

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas