L'Irlande numérise et connecte toutes ses connaissances

Par 22 novembre 2007

Les ressources universitaires irlandaises seront bientôt à disposition de tous les chercheurs sur Internet. Les informations seront hiérarchisées et interconnectées pour créer un maximum de relations entre les disciplines.

Un projet de numérisation se propose de rendre la connaissance universitaire irlandaise accessible à tous les chercheurs. Celui-ci, baptisé « Virtual Ireland », s’intéresse tout particulièrement aux sciences humaines (littérature, culture, histoire et sciences). L’objectif étant de « créer une bibliothèque numérique multi-disciplinaire qui proposera de multiples ressources Internet concernant l’Irlande », explique Paul Ell, professeur de géographie, d’archéologie et de paléontologie à la Queen’s University de Belfast, co-responsable du projet avec celle de Berkeley en Californie. Dans ce but, l’université américaine est chargée de mettre au point des outils de recherche en open source permettant d’établir des relations entre des noms, des endroits et d’autres mots susceptibles de se trouver sur les cartes, les atlas, les bibliographies ou encore les dictionnaires.

Interconnecter les disciplines

Ce, afin de mettre en place un maximum de connexions entre les disciplines. Le tout d’une manière organisée, contrairement, déplore Daniel Melia, co-responsable du projet, au modèle instauré par Google de mise à disposition de millions de ressources mais sans les hiérarchiser. Ainsi, le dispositif permettra à un internaute tapant l’ancien nom d’une place en latin d’obtenir de nombreuses informations comme les légendes relatives à l’endroit, les évènements politiques ou son emplacement en terme de longitude et de latitude. La Queen’s university, de son côté, travaillera avec le gouvernement anglais et le Scholarly Journal Archive (JSTOR), une organisation à but non lucratif dédiée à la conservation des publications universitaires, pour scanner et numériser près d’un million de pages en provenance des cent meilleurs titres universitaires consacrés à l’étude des humanités.

Des ressources plus accessibles

Plus de deux cents monographies et deux mille cinq cents pages de manuscrits concernant l’histoire et la culture irlandaise seront également numérisés. « Ce projet transforme la recherche irlandaise et réinvente le système de référencement d’ouvrages », explique Michael Buckland, responsable du projet et professeur à Berkeley. Il permettra surtout mettre à disposition de tous des ressources jusqu’à présent difficilement accessibles pour les personnes ne travaillant pas sur place et souvent sous-utilisées. Selon les responsables du projet, il fallait en effet parfois jusqu’à plusieurs années à un universitaire étranger pour accéder à une information. Aucune date de mise en ligne des ressources n’a encore été communiquée. Au départ, le projet est une initiative du National Endowment for the Humanities (NEH), une agence gouvernementale américaine de soutien à la recherche.
Mathilde Cristiani

A ce sujet lire aussi :

La recherche en informatique se partage en wikis (04/10/2007)
La collaboration, clé du succès de la recherche en nanotechnologies (21/09/2007)

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas