L'oeil humain se modélise en un rien de temps

Par 17 mars 2009
Mots-clés : Smart city

En exploitant deux photographies numériques, un chercheur français a recréé avec précision l'ensemble des éléments qui constituent un oeil humain. Un système qui permettra d'améliorer le réalisme des avatars.

Le réalisme de la reproduction virtuelle ne buttera plus sur l'œil. Guillaume François, chercheur à l'IRISA de l'Université de Renne 1 a trouvé un moyen efficace pour le représenter précisément dans un univers numérique. Selon son créateur, cette technique permet d'avoir une ressemblance des pigments et des couleurs de 95 % avec l'original. Une application utile aux jeux vidéo et aux mondes virtuels jusqu'ici très difficile à réaliser. Le système sera mis à contribution pour "créer des avatars réalistes pour des application temps réel dans les jeux vidéos ou les mondes virtuels, explique le chercheur à L'Atelier. Des applications dans le cinéma d'animation sont possibles car ce procédé ne prend que quelques minutes".
Une méthode plus précise
Elle ne demande en effet que deux photographies numériques d'un globe oculaire. L'une des photos est traitée par un logiciel qui retire la cornée - soit la couche externe de l'œil – pour créer une image 3D de l'iris (la partie pigmentée). Cette méthode est appelée Subsurface Texture Mappin. Elle modélise précisément les reliefs de l'œil. Pour ce faire elle suit les différents éléments qui composent le globe comme les pigments, le volume etc. La seconde rajoute des "effets" sur la cornée en se basant sur la photo non touchée. Par exemple comment l'organe saisit la lumière selon sa position. Le chercheur utilise ensuite une méthode qu'il appelle la "dérefraction de l'iris".
Un pas en avant dans le réalisme des mondes virtuels
C'est-à-dire qu'elle permet d'avoir une image de l'iris sans la déformation qu'apporte la cornée. Cette dernière permet de mieux rendre les reflets de la lumière sur l'iris.Et ce n'est pas tout : "Cette technique peut aussi avoir des applications pour renforcer les pratiques traditionnelles de reconnaissance visuelles" explique Guillaume François. Elle offre également des débouchées dans les recherches en ophtalmologie et de la création de prothèses oculaires. "Toutefois des recherches complémentaires sont nécessaires" précise-t-il.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas