Logiciels « anti-blanchiment » : LogicaCMG et A2iA s'associent

Par 06 janvier 2004
Mots-clés : Smart city

D'après le FMI, l'argent sale représenterait toujours entre 2 et 5 % du PIB mondial. Pour mettre les banques en conformité avec le règlement CRBF 2002-01 relatif « aux obligations de vigilance en ...

D’après le FMI, l’argent sale représenterait toujours entre 2 et 5 % du PIB mondial. Pour mettre les banques en conformité avec le règlement CRBF 2002-01 relatif « aux obligations de vigilance en matière de chèques aux fins de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme », LogicaCMG vient de signer un accord de distribution avec A2iA afin d’intégrer « A2iA CheckReader » à sa solution de filtrage « Logi-tracker ». Comment va fonctionner cet accord ? A2iA CheckReader détecte le remplissage des champs obligatoires du chèque (montants, nom de bénéficiaire, date et signature) et reconnaît les montants en chiffres et en lettres, ainsi que le nom du bénéficiaire et le pavé adresse. A2iA CheckReader procède ensuite à une opération de « matching » entre les listes noires officielles (Gafi, Ofac, Journal Officiel…) ou internes (mises au point par les banques) et les champs « nom de bénéficiaire » et « pavé adresse ». Ces informations sont enfin envoyées vers Logi-Tracker, qui filtre les chèques non conformes (absence d’une mention obligatoire, émetteur ou bénéficiaire du chèque sur liste noire). Parmi les technologies de traitement automatique de chèques, « A2iA CheckReader » innove par sa lecture de l’écriture manuscrite « cursive et imprimée » qui permet d’automatiser la reconnaissance et la localisation de tous les champs du chèque. L’association de ces deux technologies avancées permet de contrôler automatiquement les chèques afin d’identifier les opérations frauduleuses et de lutter ainsi contre le blanchiment d’argent. Pour plus d’information sur le sujet, veuillez cliquer ici

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/01/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas