Les logiciels d'écriture graphique deviennent plus simple

Par 09 août 2012 1 commentaire
modification d'image

Les applications mobiles de modification d'images sont de plus en plus populaires parmi les utilisateurs de Smartphones. Mais leur conception reste encore complexe pour les développeurs et les éditeurs d'applications.

Une photo prise, modifiée et déjà publiée. Avec l'amélioration de la qualité des appareils photos sur les différents Smartphones, les applications de modification d'images et de photos sont de plus en plus populaires. La force de ces dernières, telles qu'Instagram, est en effet basée sur la rapidité de l'édition et de la transmission de ces fichiers. Les réseaux sociaux, qui permettent une communication instantanée, sont devenus également les relais de diffusion majoritaires des photographies faites par les utilisateurs. Mais derrière ces innovations se cachent de nombreux ingénieurs, capables de proposer un traitement et une publication de l'image toujours plus rapides. Des scientifiques du MIT's Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory dans le Massachusetts, ont en effet mis au point un nouveau langage de programmation, un module, HALIDE, capable de corriger les dysfonctionnements récemment apparus sur les applications de modification d'images.

Une programmation repensée

Les contraintes sont en effet nombreuses pour ces derniers. Le logiciel de modification disponible sur les Smartphones doit en effet permettre le traitement d'une image, qu'elle que soit sa taille, que seul les ordinateurs étaient capables de fournir. L'une des raisons pour lesquelles le traitement des images requiert autant de calcul intensif est qu'il nécessite et effectue généralement une succession d'opérations en amont. Après que la lumière ait frappé le capteur dans la caméra portable, le téléphone passe au peigne fin les données de l'image à la recherche de pixels défectueux pour les corriger. Sur le téléphone, la vitesse d'exécution doit être réduite au minimum, afin de pouvoir apporter toutes les modifications, et de permettre une publication rapide. Mais les algorithmes qui permettent le traitement de l'image sont régulièrement modifiés. Ils deviennent progressivement illisibles et difficilement réutilisables par la suite. Les performances de HALIDE, qui avaient déjà été optimisées par des programmeurs chevronnés, offrent aujourd'hui la possibilité de réécrire plusieurs algorithmes de traitement d'image à la seconde.

Une opportunité de circonstance

Equipées de ce module, les applications de réécriture graphique offrent ainsi des gains de performance significatifs de deux à six fois supérieurs. HALIDE permet également une vitesse accrue, et à de nouveaux outils de modification plus sophistiqués de fonctionner en même temps. Ces innovations pourraient arriver au bon moment. En effet, Instagram dénombre aujourd'hui 80 millions d'inscrits ; un chiffre qui pourrait encore augmenter, puisque Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook a officialisé au mois d'avril le rachat de la Start-up de Kevin Systrom. Cette communauté pourrait donc légitimement s'agrandir, puisque la plate-forme sociale américaine compte plus de 950 millions d'utilisateurs.

Haut de page

1 Commentaire

Personne ne pourrait relire les articles avant leur publication et nous éviter quelques énormités ?

Soumis par Larger (non vérifié) - le 20 août 2012 à 16h12

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas