Et l'on reparle du nickel. Certaines des pièces de l'euro comporteront

Par 12 juin 1997
Mots-clés : Europe

du nickel. Seuls au début, les Suédois s'y sont opposés. Bien sûr, si personne ne conteste le caractère allergique du métal, tout le monde ou presque trouve ridicule le fait d'interdire le nickel da...

du nickel. Seuls au début, les Suédois s'y sont opposés. Bien sûr, si
personne ne conteste le caractère allergique du métal, tout le monde ou
presque trouve ridicule le fait d'interdire le nickel dans les pièces.
Cependant de plus en plus d'experts font valoir que le nickel est la plus
répandue des allergies de contact. 10 % des femmes sont touchées, jusqu'à
20 % des femmes jeunes et seulement 1 à
2 % des hommes. Les personnes sensibilisées au nickel développent dans 40
% des cas un eczéma des mains. Toutes les hypothèses ont été envisagées
par les directeurs des monnaies à Bruxelles, comme celle qui banirait le
nickel des futurs euros, tout en sachant qu'aujourd'hui d'autres pays que
la France utilisent le nickel. Cette hypothèse inquiète particulièrement
la France qui se demande quoi faire des millions de tonnes de nickel des
pièces françaises si on ne peut pas les recycler dans les euros ? cela
coûterait au bas mot 3,35 milliards de F. Cependant comme des solutions de
remplacement à l'emploi du nickel existent et que les métaux de
substitution ne coûtent pas plus cher, de nombreuses voix plaident de plus
en plus pour que le doute sur la nocivité des pièces en nickel profite aux
citoyens qui manipuleront demain l'euro. Comme le dit si bien un expert
"Il ne faudrait tout de même pas prendre le risque que l'euro donne des
boutons".
(Libération - 13/06/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas