L'Onu tire la sonnette d'alarme sur la pollution engendrée par la production d'ordinateurs

Par 09 mars 2004 1 commentaire
Mots-clés : Amérique du Nord

Les ordinateurs polluent. Non seulement parce qu'ils ne sont pas facilement recyclables, mais encore parce que leur fabrication est extrêmement coûteuse en ressources naturelles. Les Nations...

Les ordinateurs polluent. Non seulement parce qu’ils ne sont pas facilement recyclables, mais encore parce que leur fabrication est extrêmement coûteuse en ressources naturelles. Les Nations unies, dans un ouvrage publié lundi, recommandent ainsi à tous les gouvernements dans le monde de prendre des mesures, pour mieux recycler les ordinateurs, et pour réduire leur taux de turn-over.

Un ordinateur de bureau nécessite la transformation de deux tonnes de ressources naturelles pour sa production ! Alors que d’autres biens de consommation, comme un réfrigérateur, ou une voiture ne demandent qu’une à deux fois leur poids en combustible fossile et en produits chimiques, un ordinateur de 24 kilogrammes en réclame au moins dix fois le sien ! Soit 240 kg de combustible et 22 kg de produits chimiques… sans compter 1,5 tonne d’eau !

En cause ? La fabrication des microprocesseurs, entre autres, dont le poids est de plus en plus faible (et le sera de plus en plus) alors que la quantité de ressources pour les fabriquer est impressionnante !

L’Onu en appelle donc à la responsabilité des gouvernements en place, qui ne se distinguent pas tous de la même manière sur les questions environnementales. Treize pays, majoritairement européens, ont déjà adopté une réglementation sur le recyclage des ordinateurs. A l’inverse, certaines grandes puissances - comme les Etats-Unis, éternels mauvais élèves de l’écologie - n’ont pas commencé à réfléchir à une solution de prévention de la pollution informatique.

Quant aux utilisateurs d’ordinateurs, ils ont leur part de responsabilité, et l’Onu en appelle à leur conscience citoyenne : selon les experts de l’Onu, ils doivent se demander s’ils ont réellement besoin d’un nouvel ordinateur, si une amélioration de leur machine ne suffit pas. Pour les entreprises, l’Onu plébiscite la mise en place d’avantages fiscaux à consentir aux entreprises qui améliorent leur parc informatique plutôt que de le remplacer.

Entre la croissance du marché (130 millions d’unités vendues par an) et la protection de l’environnement, il va falloir choisir !

(Atelier groupe BNP Paribas - 09/03/2004)

Haut de page

1 Commentaire

Espérons que de réelles décisions soient prises à ce sujet, l'heure est grave mes amis..

Soumis par alarme (non vérifié) - le 02 avril 2009 à 20h58

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas