L'OPA de Vodafone sur Mannesmann est critiquée par la place politique

Par 22 novembre 1999
Mots-clés : Digital Working, Europe

allemande. Le Chancelier allemand Gerhard Schroeder lui-même s'insurge contre l'OPA de Vodafone sur Mannesmann, estimant que les OPA doivent être libres dans une économie ouverte, à deux restric...

allemande.
Le Chancelier allemand Gerhard Schroeder lui-même s'insurge contre l'OPA
de Vodafone sur Mannesmann, estimant que les OPA doivent être libres dans
une économie ouverte, à deux restrictions près : un, les OPA hostiles
détruisent la culture de l'entreprise ; deux, ceux qui lancent de telles
actions en Allemagne sous-estiment les vertus de la co-gestion salariée
qui est au coeur du capitalisme allemand".
Néanmoins, Vodafone persiste dans ses intentions et a lancé vendredi une
nouvelle OPA engageant 124 milliards d'euros (814 milliards de F), ce qui
constitue la plus importante opération jamais réalisée jusqu'ici.
Chris Gent, le directeur général de Vodafone, propose aux actionnaires
53,7 actions Vodafone pour chaque titre Mannesmann, ce qui valorise une
action du groupe allemand à 240 euros.
Les Echos et La Tribune d'aujourd'hui consacrent chacun deux pages sur le
sujet.
(Christine Weissrock - Atelier Paribas)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas