L'Open Source plus fiable que jamais

Par 22 mai 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Les solutions libres enregistrent une baisse des niveaux d'erreurs observés au sein de leur code. Un gain de fiabilité qui suscite l'intérêt des grands groupes.

La qualité et la sécurité des logiciels Open Source ne cessent de s’améliorer. C’est ce que conclut le rapport Scan 2008 qui a passé au crible plusieurs millions de lignes de code issues de deux cents cinquante projets de solutions libres dont Apache, Python, Samba, ou encore Linux. Cette étude, réalisée sur deux ans par la société éditrice de solutions de résolution des défauts Coverity, fait état d’une réduction de près de 20 % de la densité d’erreurs détectées sur l’ensemble des logiciels analysés. "L'amélioration continue de projets dont le niveau de qualité et de sécurité de code est pourtant déjà très élevé souligne la volonté des développeurs Open Source de garantir l'intégrité de leurs logiciels", déclare David Maxwell, analyste stratégique des logiciels libres de Coverity. Une évolution qui trouve notamment son origine dans le dynamisme des communautés Open Source, selon Michel-Marie Maudet, Directeur Général adjoint de Linagora.
Les communautés Open Source en première ligne
"La qualité des solutions libres s’améliore en toute logique du fait de l’augmentation du nombre d’utilisateurs et de la taille des communautés. Ce qui permet à la fois une meilleure remontée des bugs et implique un plus grand nombre de contributeurs pour les corriger" explique Michel-Marie Maudet dans un entretien accordé à L’Atelier. Globalement, sur l’ensemble des projets analysés de manière récurrente dans le cadre de Scan 2008, plus de huit mille erreurs auraient ainsi été résolues en l’espace de deux ans. Une donnée qui, si elle est significative d’une volonté de fiabiliser les logiciels libres, démontre certaines limites en matière d’évaluation de la qualité de ces solutions. "La seule qualité intrinsèque d’un logiciel Open Source ne suffit pas à son évaluation", suggère ainsi Michel-Marie Maudet qui précise que des critères tels que le dynamisme et l’ouverture de la communauté sont aussi à prendre en compte. Du point de vue de l’entreprise, les questions de choix de licence et les références d’un logiciel président également au choix de l’adoption d’une solution spécifique, estime-t-il.
Des organisations plus confiantes
Autre élément d’intérêt du rapport : les projets comprenant comparativement des fonctions  plus longues ne seraient pas plus exposés aux risques d’erreurs. Une conclusion qui va à l’encontre de l’idée selon laquelle la longueur de ces calculs, qui sont à la base des langages de programmation dits fonctionnels, serait corrélée à un nombre d’erreurs potentielles. Dans le cadre de cette étude, Coverity souligne enfin que les solutions Open Source s’inscrivent de plus en plus dans les stratégies des éditeurs. Pour mémoire, le Gartner a récemment indiqué que plus de 80 % des logiciels commerciaux intègreront des éléments et technologies issues de projets Open Source d’ici 2012. Du côté des entreprises utilisatrices, le logiciel libre aurait également gagné en crédibilité, selon Michel-Marie Maudet. "Aujourd’hui, même si le périmètre fonctionnel du logiciel libre ne couvre pas tous les besoins, les grands groupes comme les administrations publiques ne se posent plus la question de la pérennité et de la fiabilité de ces systèmes".

Haut de page

1 Commentaire

L'open source gagne en fiabilité. C'est une bonne chose mais que faire de cette information ? Tant que l'on ne peut pas la comparer avec la fiabilité des logiciels propriétaires ... cela n'aidera pas à prendre une décision.

La problématique repose sur le fait que les logiciels propriétaires ne permettent pas à un "auditeur" de lire le code pour qualifier leur fiabilité.

Cette problématique est un réel argument pour les défenseurs de l'open source. Plus fort que "l'open source gagne en fiabilité", "l'open source permet de vérifier la fiabilité de vos outils".

Choisir un logiciel propriétaire c'est avoir une confiance aveugle en l'entreprise éditrice du logiciel ... et c'est le mot aveugle qui peut/doit gêner !

Soumis par ocarbone (non vérifié) - le 23 mai 2008 à 12h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas