L'optimisation du trafic augmente la vitesse des réseaux

Par 01 mars 2010

En régulant le débit des paquets de données circulant via des connexions TCP, il est possible d'en améliorer l'encodage et donc la vitesse globale.

Pour améliorer la vitesse de transmission des informations sur les réseaux Internet, une des méthodes les plus efficaces consiste à "coder le réseau". Il s’agit de grouper plusieurs paquets de données depuis un noeud du réseau pour les envoyer simultanément et de manière optimisée. Cette technique manque cependant d’efficacité en ce qui concerne le protocole TCP - le plus utilisé - puisque celui-ci a un mode de transmission "en rafales" qui rend difficile le groupement de paquets. Pour améliorer le processus, des chercheurs de l’université de Californie à Irvine proposent de modifier les méthodes de contrôle de l’encombrement et de gestion de file d’attente des réseaux. Concrètement, il s’agit de réguler le trafic en contrôlant le débit des paquets à leur entrée sur le réseau ou au niveau des noeuds intermédiaires.
Réguler le trafic réseau
Les chercheurs ont d’abord estimé le débit idéal à l’aide de différents algorithmes. Ils expliquent ensuite que ces calculs doivent être appliqués aux mécanismes de régulation du trafic, présents dans chaque réseau. L'objectif étant d'augmenter les opportunités de codage en faisant en sorte que le débit à l'intérieur du réseau corresponde à la vitesse d'encodage des groupes de paquets. Pour n'altérer la vitesse du réseau qu'a minima, les chercheurs expliquent qu'il est préférable de stocker les paquets de données codées au niveau des noeuds intermédiaires plutôt que d'y bloquer les paquets non codés.
Aucun changement radical apporté au protocole
Jusqu’ici, ces derniers étaient en effet retardés artificiellement pour pouvoir être rassemblés, ce qui avait souvent pour conséquence de réduire le débit global de la connexion. Les paquets sont ensuite relâchés de manière optimisée, toujours dans l'idée de garder un débit régulier. Aucun changement radical n'étant apporté au protocole, les chercheurs soulignent que leur méthode peut être déployée relativement facilement. Ils ont par ailleurs testé leurs méthodes sur le logiciel de simulation GloMoSim et les résultats montrent une amélioration nette du protocole ainsi modifié.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas