L'outil de travail de demain ? Le mobile !

Par 19 juin 2009
Mots-clés : Smart city

Parce qu'ils permettent désormais de surfer sur Internet et de rédiger des documents, les mobiles commencent à s'imposer comme l'outil de prédilection des professionnels. Ce, au détriment de l'ordinateur portable.

Le mobile n'est plus seulement un outil de travail supplémentaire pour les cadres : il commence à supplanter les autres terminaux comme les PC portables. Voilà ce qui ressort d'une étude lancée par la plate-forme de navigation mobile Novarra sur les habitudes de ses utilisateurs. Classés dans la catégorie des "business pro", les responsables considèrent désormais les appareils comme les Palm ou les BlackBerry comme des outils capables de remplacer leur ordinateur pour améliorer leur productivité. Pourquoi ? Parce qu'ils concentrent sur un seul terminal plusieurs fonctions. Des fonctions qui couvrent une bonne partie des besoins liés aux communications professionnelles et personnelles.
Des usages extrêmement divers
Pas étonnant que des fournisseurs de solutions d'entreprise comme IBM s'engouffrent dans le secteur. SMS, email, édition et relecture de documents sont principalement réalisés sur ce support. Le rapport note que le champ d'utilisation s'est étendu pour couvrir "aussi bien la négociation d'affaires commerciales importantes que pour vérifier si son lavage à sec est fini". Les professionnels sont aussi friands de sites d'informations et de recherches sur les moteurs dédiés. Sans surprise, ils sont également le groupe social qui consulte le plus sa boîte mail depuis un terminal mobile.
Des groupes variés
Les autres étant les "parents multitâches", les "enfants connectés", les "fanatiques frugaux" (des adultes ayant plus consciences des dépenses mobiles) et la génération Y. Novarra a en effet réparti les individus en plusieurs groupes pour réaliser son étude. Et la comparaison est loin d'être inutile : la plate-forme souligne ainsi que sans surprise, les professionnels sont le groupe social qui consulte le plus leur boîte mail depuis un terminal mobile. Mais que leur utilisation des réseaux sociaux est très peu développée. Dernier constat : s'ils sont très actifs, ils ne représentent encore que 10 % du trafic de Novarra. La génération Y, pour sa part, en concentre le tiers.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas