L'ouverture des noms de domaine est-elle synonyme de visibilité ?

Par 10 juin 2009

La libéralisation des extensions représente pour les entreprises à forte notoriété un moyen de renforcer leur image et de faciliter la navigation parmi leurs entités. Un constat davantage sujet à polémique pour les PME.

Si 60 % des utilisateurs pensent que la prochaine ouverture des extensions de noms de domaine rendra Internet confus et trop complexe, cette mutation créera de nouvelles possibilités pour les entreprises. C'est ce que montre l'étude "The future liberalisation of the Internet" menée par le Future Laboratory du Royaume-Uni. Il apparaît notamment que les sociétés pensent ainsi renforcer leur visibilité. Selon l'étude, plus de 80 % de celles informées de la libéralisation pensent qu'elle sera innovante. "Pour une grande entreprise, acheter l'extension qui correspond au nom de sa marque permettra notamment de rassembler les sites de ses différentes entités et ainsi de faciliter la navigation de l'internaute" explique à L'Atelier Franck Emond, ingénieur ARIST. Mais il rappelle que cela constitue surtout des coûts supplémentaires pour les entreprises.
L'importance des espaces géographiques
Elles devront, pour éviter d'être spoliées, forcément acquérir le nom de domaine de leur marque en plus de leur nom de domaine en .com et .fr. "Tout dépendra du coût. Mais pour les PME, cet investissement pourra peut-être sembler très  important" continue Franck Emond. Au-delà de ces réserves, certains autres aspects de cette mutation semblent attrayants pour les internautes. Selon l'étude, ils accueillent notamment avec enthousiasme la perspective de voir fleurir des sites aux noms de domaine liés à la localisation : .paris, .london ou encore .nyc. Pour 30 % des personnes interrogées, la création d'espaces virtuels localisés sera mieux à même de promouvoir les régions et de connecter les communautés. "Cela peut effectivement être le cas pour les villes très connues" explique l'ingénieur.
De l'international au local
"Par exemple, dans le cas de Paris, les secteurs du tourisme, du design, de la mode et du luxe peuvent tirer parti de l'apposition de leur marque à côté du nom de la capitale". Encore faut-il, pour que les internautes du monde entier accèdent aux informations, que l'orthographe du nom de la ville soit connue de manière internationale. Comme l'évoque l'ingénieur, "qu'en sera-t-il des villes dont le nom varie d'un pays à l'autre, à l'instar de la ville allemande de Aachen, appelée Aix-La-Chapelle en France ?" A contrario, selon lui, les entreprises de niveau local bénéficieront également de cette mutation, notamment les activités artisanales qui souhaitent revendiquer une appartenance à un territoire. L'étude précise que pour obtenir un nom de domaine relatif à Paris, Londres ou New-York, les entreprises candidates devront prouver qu'elles sont réellement présentes dans la ville.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas