L'ouverture des portières à distance se sécurise

Par 03 février 2010
Mots-clés : Smart city, Europe

Le Fraunhofer a mis au point un système qui sépare les codes contenus dans la clé numérique de ceux du récepteur, situé à l'intérieur du véhicule.

La vulnérabilité des systèmes de contrôle à distance des portières de voiture vient du fait que jusqu'à présent, les codes de verrouillage étaient intégrés à la fois dans la voiture et dans la clé, rappelle une équipe de l’institut Fraunhofer SIT. Autre vulnérabilité : la même suite symétrique était parfois réutilisée sur plusieurs modèles de la même ligne de production. Pour y remédier, les chercheurs ont mis au point une technique d'encodage qui augmente la sécurité de ces récepteurs. Celle-ci est asymétrique, et fonctionne à partir d'une technique de cryptographie sur les courbes elliptiques. Cela signifie que la fréquence de transmission n’est pas la même, et que les codes de l’émetteur sont différents de ceux du récepteur.
La clé numérique possède son propre code, et le garde secret
Avec l’algorithme que nous avons incorporé dans notre système, chaque entité - en l’occurrence, le porte-clé et la voiture - contient son propre code",explique à L’Atelier Johann Heyszl, chercheur à l’institut Fraunhofer. "Ce code est privé. Il ne correspond pas à un autre code, qui pourrait éventuellement devenir public, s’il était piraté", précise-t-il. Autrement dit, il n'est pas possible de réutiliser un code piraté pour accéder à un autre système de sécurité. Reste un problème : les systèmes de cryptographie sur courbes elliptiques consomment habituellement beaucoup d’énergie.
Un protocole spécifique pour limiter la consommation d’énergie
Cela explique en partie la raison pour laquelle ces systèmes étaient jusque là délaissés", précise le chercheur. "Nous avons conçu un protocole spécifique qui minimise la consommation d’énergie". Les scientifiques présenteront leurs travaux début mars au Salon des solutions informatiques, à Nuremberg. Pour rappel, la mise en avant de la vulnérabilité des solutions de verrouillage à distance n'est pas nouvelle : une équipe de la Ruhr University Bochum, en Allemagne, était ainsi parvenue à pirater les dispositifs d’ouverture sans-fil basés sur la technologie RFID KeeLoq.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas