[LTW] Londres revendique son statut de hub mondial des nouvelles technologies

Par 17 juin 2014
Londres

Le secteur de la technologie et du numérique au Royaume-Uni connaît une croissance grandissante créatrice d’emplois. Un dynamisme comparable à celui de la Silicon Valley.

La Silicon Valley n’a qu’à bien se tenir. Voici que Londres et plus largement le Royaume-Uni s’apprête à lui voler la vedette ! "Nous nous sommes habitués à ce que le soleil brille dans la Silicon Valley. Mais face à l’essor du secteur londonien de la technologie, nous avons dû revoir notre stratégie" a souligné Michael Moritz, Président du fonds Sequoia Capital. Ce qu’a également confirmé Michael Bloomberg, le maire de New York pour qui Londres est un "vrai challenger pour la Silicon Valley". Tous deux étaient notamment aux côtés de Brice Jonhson, le maire de Londres à l’occasion du lancement de la London Technology Week ce lundi 16 juin, première édition d’une semaine dédiée aux nouvelles technologies et à l’innovation "made in UK".

Les portes de l'innovation sont ouvertes

"Le numérique transforme Londres en un lieu majeur en Europe…" a déclaré le maire de cette capitale. "Londres est l’une des plateformes mondiales dont la croissance est la plus rapide, insiste Joanna Shields, présidente du cluster Tech City. Ce qui en fait une place de choix pour les entrepreneurs qui veulent démarrer et élargir avec succès un projet autour du numérique", poursuit-elle. Le dynamisme du secteur high tech outre-Manche se traduit en effet par des prévisions très optimistes. Dans dix ans, en 2024,  ce secteur pèsera 12 milliards de livres sterlings (15 milliards d’euros) d’activité économique supplémentaire avec une croissance annuelle de 5,1%. Coté emplois, cela devrait se traduire par 46 000 nouveaux postes dans la capitale selon un étude réalisée par Oxford Economics et commanditée par London & Partners.

Les cafés, des lieux de connexion privilégiés

Ce dynamisme est notamment porté par les universités de mathématiques de Cambridge. De cette façon, le secteur de la technologie croît plus vite à Londres et dans les régions d’Oxford et Cambridge (sud-est et est de l’Angleterre) qu’en Californie, indique une autre étude menée parallèlement par South Mountain Economics pour  Bloomberg Philanthropies. "Gouvernement, investisseurs, développeurs et startups sont fortement engagés dans ce processus", a expliqué Joanna Shields. Ce solide écosystème londonien compte quelques 3000 incubateurs, sans compter ceux présents ailleurs dans l’ensemble du pays. "De nombreux cafés dédiés aux rencontres entre entrepreneurs jouent un rôle important  car ils sont des lieux de rencontre privilégiés pour faire naître des projets et connecter les énergies", explique cette femme d’affaires américano-britannique. Et c’est dans les technologies financières que l’émulation est la plus florissante puisque Londres crée plus d’emplois dans cette branche que San Francisco et la Silicon Valley.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas