Lumino ouvre les surfaces tactiles à la troisième dimension

Par 12 octobre 2009
Mots-clés : Smart city

En utilisant des briques qui conduisent la lumière, il est possible de doter les tables tactiles du sens de la profondeur pour bâtir et étudier des structures complexes.

À l’heure actuelle, les tablettes numériques de type Microsoft Surface sont incapables de repérer les structures tridimensionnelles. Une limitation en passe d’être dépassée grâce à Lumino, un système de blocs de construction conçu par le Hasso Plattner Institute de l’université de Potsdam. Première propriété de ces cubes, ils sont équipés d’un marqueur de type code-barres que la tablette lit. Il contient les informations relatives au cube : couleur, taille volume, etc. La tablette ne reconnaît donc pas réellement les volumes mais elle est tout de même capable de les reproduire numériquement. L’utilisateur peut donc manipuler des structures en trois dimensions tout en interagissant avec l’ordinateur. Le problème, c’est que les tablettes ne sont pas capables de lire un marqueur s’il est situé au dessus de la surface d’un autre cube. Ce qui empêche théoriquement de faire des empilements.
Reconstruire numériquement les structures 3D
C’est pourquoi ceux-ci ont été fourrés de tiges en fibre de verre de manière à les rendre partiellement transparents. Le principe consiste ensuite à projeter une lumière infrarouge sous la surface de l’écran tactile. Lorsqu’un objet est en contact avec ce dernier, il reflète la lumière rouge qui est alors captée par les caméras de la tablette. En rendant les cubes transparents, on transmet la lumière avec une netteté suffisante pour autoriser la lecture des marqueurs des cubes supérieurs. L’application reconnaît même quand différents objets sont combinés (un pont reliant deux cubes par exemple) et les considère alors comme un objet unique. L’information contenue dans les marqueurs est ensuite réarrangée pour reconstruire numériquement la structure en trois dimensions.
Ni batterie ni modification nécessaire
L’avantage du système de marqueurs par rapport aux méthodes existantes utilisant des propriétés électriques ou magnétiques est qu’elle ne nécessite aucune alimentation. Il n’est pas nécessaire d’apporter de modification à la table non plus. Les applications possibles d’un tel système restent encore à explorer. Néanmoins, les chercheurs proposent déjà quelques applications. Lorsqu’on entreprend de bâtir des constructions, la table peut avertir l’utilisateur si la structure est branlante. Autre usage, plus ludique : un jeu de dames où la table repère quand une reine doit être crée en empilant deux pions. Elle marque ensuite d’une couronne numérique l’assemblage ainsi effectué.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas