L'usine de pièces de Pessac abandonnera la frappe de la monnaie

Par 27 octobre 1997
Mots-clés : Europe

française en mars 1998 pour celle de l'euro. De 1998 à 2001, cette seule entreprise publique à produire en France des pièces courantes fabriquera 7,6 milliards d'euros. En 1998, elle passera de 1,3 ...

française en mars 1998 pour celle de l'euro. De 1998 à 2001, cette seule
entreprise publique à produire en France des pièces courantes fabriquera
7,6 milliards d'euros. En 1998, elle passera de 1,3 milliard de pièces
françaises et étrangères produites cette année à 2,5 milliards dont 60 %
d'euros. La même année, après une dernière production de 700 millions de
pièces jaunes (centimes français), la monnaie française disparaitra alors
des presses. La monnaie française sera récupérée, recyclée et transformée
à partir du 1er janvier 2002, date de la première mise en circulation
généralisée des pièces et billets européens. Les huit pièces européennes
seront conçues avec de nouveaux métaux et alliages selon des procédés non
encore utilisés en France et très peu dans le monde. Selon un plan
"Monnaie 2000" défini en 1996, Pessac investira 80 millions de F sur trois
ans pour l'achat de nouvelles presses ultrarapides, de systèmes de
conditionnement en rouleaux, d'une presse à découper, pour la création
d'un centre d'autoproduction d'électricité, d'une aire de stockage pouvant
conserver les 30 000 tonnes d'euros en attendant 2002, ainsi que pour
renforcer son plan de sécurité.
(Le Monde - 26/27/10/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas