L'utilisateur ressent désormais le virtuel

Par 04 décembre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Ressentir les sensations d’un autre corps que le sien est possible. En effet, des neuroscientifiques suédois ont fait vivre à des volontaires une expérience extracorporelle, à l’aide d’un jeu de caméras.

Il suffit de simples caméras pour donner l'impression à un individu d'échanger son corps avec un autre. C'est en tout cas le constat du Karolinska Institute de Stockholm, qui a développé un dispositif permettant de faire vivre à une personne ce qu'il appelle une expérience extra-corporelle. Selon Kynan Eng, chercheur en neuroinformatique à l’Université de Zurich, et cité par le New Scientist, "toute personne pourra aussi se projeter dans des objets aussi bien virtuels que réels - comme des objets d’utilisation quotidienne". Ce, si l'on applique des stimuli adaptés et continus. Cette découverte, détournée pour faire la promotion d’objets de consommation courante, pourrait devenir un outil marketing d’une importance majeure. Cela pourrait fortement contribuer à rendre les mondes virtuels (cyberespaces, jeux vidéos, cinéma en 3D...) plus réels que la réalité même.
Je est un autre
Si le cerveau utilise plusieurs sens pour constituer sa conscience du corps, la vision joue un rôle primordial. "En manipulant les impressions sensorielles, il est possible de se tromper soi-même. Non seulement en sortant de son corps physique mais en se plaçant dans celui d’un autre", indique Henrik Ehrsson, chef du projet. Techniquement, deux expériences ont été menées. Tout d’abord, les chercheurs ont disposé deux caméras en circuit fermé (CCTV) sur la tête d’un mannequin. Les images filmées ont été transmises à deux petits écrans placés devant les yeux du cobaye. Lorsque les deux têtes sont inclinées, le sujet humain voit le corps du mannequin. Les ventres des deux sujets ont été touchés simultanément. Le volontaire a vu le corps du mannequin tout en ressentant la sensation physique de par son propre corps.
Changer de perception
La caméra a ensuite été placée sur un autre être humain. Lorsque les deux cobayes se sont serrés la main, le volontaire portant les lunettes a vu le corps de la personne filmée et ressenti la sensation de se serrer la main à lui-même. L’illusion a même été renforcée en approchant un couteau du bras de la personne filmée. En mesurant la résistance électrique sur la peau, force est de constater que la personne, sans ressentir la sensation du couteau sur son propre corps, se sentait tout de même en danger. "Cette expérience démontre qu’il est simple de changer la perception qu'a son cerveau de son propre corps", conclut Henrik Ehrsson.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas