Lutte autour d'un nom de domaine : Milka la vache versus Milka la couturière

Par 31 janvier 2005
Mots-clés : Smart city, Europe

La fameuse vache violette des Alpes, promue par le spécialiste du chocolat Milka, se retrouvera cet après-midi au tribunal de Nanterre face à son homonyme : Milka Budimir, une couturière de 58...

La fameuse vache violette des Alpes, promue par le spécialiste du chocolat Milka, se retrouvera cet après-midi au tribunal de Nanterre face à son homonyme : Milka Budimir, une couturière de 58 ans établie dans la Drôme et qui a eu la bonne idée d'ouvrir en 2002 un site Internet pour promouvoir ses deux magasins de couture.

L'URL de ce site ? Milka.fr, tout simplement. Une adresse qui n'est pas vraiment du goût de Kraft Foods, le géant de l'agro-alimentaire américain qui n'est autre que le propriétaire de la marque Milka. Le groupe a décidé de porter plainte contre Milka Budimir, sous le motif que l'usage de cette adresse Internet lui porterait un préjudice économique et d'usage.

Sur son site Internet, le groupe Kraft Foods a publié un communiqué dans lequel il explique sa démarche. Il indique ainsi qu'il n'a réclamé aucune somme à Mme Budimir et qu'il a été force de propositions pour prendre à sa charge "les frais liés au dépôt et à l'administration du site « milka.fr » de sa création jusqu'à ce jour" et pour déposer, toujours à sa charge, le nouveau nom de domaine "Milkacouture.fr".

Du côté de la Drôme, et du village de Bourg-les-Valence, où Mme Budimir possède l'un de ses deux magasins, on ne l'entend pas du tout de cette oreille ! La couturière fait valoir sur son site Internet que la solution proposée par Kraft Foods ne lui convient en rien parce que sa clientèle, essentiellement locale, ne la connaît que sous le prénom de Milka et n'aura donc pas le réflexe de rechercher "Milka couture" sur Internet.

D'un point de vue plus juridique, l'avocat de Mme Budimir rappelle qu'au moment du lancement de Milka.fr, aucun nom de domaine n'avait été déposé et que par conséquent sa cliente n'est en rien coupable de fraude.

Mme Budimir, passablement énervée contre Kraft Foods, a à son tour décidé de porter plainte contre le groupe agro-alimentaire sur le motif qu'elle subit un préjudice lié à l'affichage de son prénom sur la fameuse vache violette de Milka. A ce titre, elle réclame 15 000 euros de dommages et intérêts !!

Un véritable imbroglio... que la justice devra démêler cet après-midi ! L'on connaît des cas précédents de particuliers qui avaient réservé des noms de domaine pour toucher le pactole en revendant leur adresse Internet à de grandes sociétés. Mais avec Mme Budimir, il va falloir s'y prendre autrement qu'avec une liasse de billets : le groupe Kraft Foods a annoncé qu'il avait tenté à plusieurs reprises de joindre Mme Budimir et ses avocats, pour régler le litige à l'amiable. En vain...

(Atelier groupe BNP Paribas - 31/01/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas