La lutte contre le cybercrime ne laisse pas d'empreinte

Par 18 décembre 2008

Avec le Voom Shadow, les enquêteurs accèdent immédiatement aux données et applications qui se trouvent dans un disque dur. L'état d'origine de ce dernier est conservé, ce qui garantit la véracité des informations captées.

Voomtech lance un dispositif capable d'accéder au disque dur d'un ordinateur et d'en lire la totalité de manière instantanée et sans modifier le matériel dévoilé. Le but n'est pas de faciliter le vol d'information mais au contraire de lutter contre le crime. Pour les forces de l'ordre, parvenir à décrypter le disque dur d'un suspect requiert généralement plusieurs heures. Il est en effet nécessaire de copier le contenu d'un disque sur place, puis de transférer ces données afin de les décrypter en laboratoire. Le système de Voomtech, baptisé Voom Shadow 2, permet au contraire d'ouvrir directement le disque et de profiter d'un accès écriture/lecture en temps réel. Les données peuvent alors être lues sur un support extérieur, comme un ordinateur portable.
Pas d'altération du disque dur original
"L'accès immédiat aux données numériques est essentiel", rappelle Bobby Benton, détective au département de police de Wilmington en Caroline du Nord. Le tout, sans altération de preuves. Les enquêteurs ne peuvent ni effacer le moindre contenu du disque, ni le modifier. Toutes les écritures sont déportées sur l'espace de stockage du dispositif. Et c'est là l'un des autres avantages du dispositif : si le Voom Shadow décrypte et lit les données d'un disque sans laisser de trace, il devient difficile d'accuser les enquêteurs de manipulation de preuve.
Faire acte de preuve
Selon ses concepteurs, le Voom Shadow est déjà utilisé par les forces de l'ordre aux Etats-Unis et dans quelques autres pays, mais aussi par le secteur privé. La société rapporte quelques cas pratiques, où le système a permis d'apporter des preuves dans des affaires de meurtre. Voomtech rappelle ainsi le cas d'un homme accusé d'avoir tué sa femme. La lecture du disque dur du PC du suspect a fait acte de la consultation de sites sur les effets des poisons. Le fait d'avoir lu et chargé ces liens sur le Voom Shadow est une preuve en soi de la véracité des preuves trouvées dans l'ordinateur, et qui ne peuvent avoir été manipulées après coup.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas