Luxe : s'ouvrir au numérique, c'est aussi élargir ses cibles

Par 01 juin 2011
Mots-clés : Smart city, Europe
Site web Typerings.com

Sur la Toile, les marques de luxe sont frileuses à la vente en ligne. Pourtant, en jouant la carte de la personnalisation et des réseaux sociaux, elles peuvent réveiller des marchés de niche.

Pou vendre des articles de luxe en ligne et élargir la cible de ces articles en passant par le web, Rik Heijmen, un entrepreneur néerlandais, a décidé de créer un site de vente de bagues personnalisables en ligne, Typerings. Le site permet de choisir son matériau, or ou argent, et de personnaliser l'anneau avec du texte à l'intérieur comme à l'extérieur. "C'était une idée simple et évidente, mais qui pouvait fonctionner uniquement grâce à une bonne communication et une utilisation des outils technologiques", explique-t-il à L'Atelier. Et d'ajouter : "Il ne faut pas croire qu'on ne peut pas vendre de produit chers sur la Toile, cela se fait déjà pour les voitures et par exemple grâce à des applications Facebook qui permettent de les personnaliser"

Stratégie digitale

L'idée était donc de coordonner la communication auprès d'une cible précise, que Rik Heijmen qualifie de sensible à la mode. Cela se passe également sur les tablettes, où les utilisateurs sont sensibilisés à la technologie et ont généralement des revenus qui leur permettent d'acquérir ce type de bijoux. "Nous souhaitons également développer des partenariats avec des designers réputés et les promouvoir en ligne, dans le cadre du développement d'une marque Premium", poursuit-il.

Attirer les investisseurs, et les revendeurs.

"A l'avenir, ce type de ce démarche va se populariser, et cela attirera davantage les investisseurs, tant du secteur des technologies de l'information, que l'industrie des bijoux" explique Rik Heijmen. Ce dernier a en effet déjà été contacté par différents investisseurs. Il pourra ainsi développer davantage sa plateforme, en proposant par exemple des bijoux intégrant des diamants, ou en développement des applications mobiles. Il souhaite également proposer des applications dédiées à des revendeurs qui ont pignon sur rue pour augmenter son trafic, tout en développement une politique de développement durable qui consiste à recycler des bijoux, par exemple. "Il faut surfer sur les tendances qui fonctionnent, les consommateurs y sont sensibles", conclut-il.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas