Lytros, ou la photographie sacrifiée à l'autel de l'assistanat

Par 21 octobre 2011
Lytros

Donner la possibilité de faire la mise au point après avoir pris la photographie: quand la technologie nous fait passer d'artiste à inspecteur des travaux finis.

A l'origine de celle-ci, un petit appareil tout droit sorti des laboratoires de l'université de Stanford, et prénommé "Lytro". Si esthétiquement, il ne casse pas des briques (sa forme rappelle d'ailleurs étrangement ces dernières),  ses fonctionnalités sont assez époustouflantes. Il vous autorise en effet, une fois le cliché achevée, à régler la mise au point. Point d'outil de retouche ou de "truc graphique" style NCIS (lorsque les enquêteurs parviennent à recomposer le visage du tueur à partir d'une horrible vidéo de douze pixels). Pour rendre possible cette prouesse, l'appareil enregistre tout simplement l'ensemble des champs lumineux et leurs directions. Petit joueur, Reflex. Autre avantage induit par ce processus: plus besoin de mise au point, donc aucun temps de latence entre la pression sur le déclencheur  et la prise réelle du cliché.

En pratique, cela vous donne toute latitude pour, une fois la photographie effectuée, modifier la netteté, choisir un élément du décor à mettre en valeur... bref, pour faire de votre prise de vue un paysage idyllique (pour une démonstration concrète, suivre le lien). Alors bien sûr, pareille technologie ne souffre de quelques lacunes. Signalons notamment la nécessité d'une luminosité optimale (l'appareil est dépourvu de flash) et d'une absence presque totale de mouvement lors de l'opération. Bon, rien que de très mineur toutefois.

Par contre, l'intérêt ludique et le plaisir que l'on pourrait ressentir au cours de l'utilisation me laissent dubitatif. De fait, même les outils modernes de mise au point n'étaient pas parvenus à faire disparaître cette douce incertitude qui s'empare du photographe au moment d'appuyer sur le déclencheur (Instant suivi, selon les situations et le talent de l'utilisateur, de déception ou de satisfaction intense). Oui, parce que, finalement, la photographie n'est passionnante que parce que son résultat ne dépend en grande partie que de nous. Et, également parce que, par définition, il n'y a parfois pas de deuxième chance. Une prise de vue mal réglé vous laissant alors seul avec vos regrets...

Mais avec ce nouveau dispositif, point besoin d'une mise au point préalable, ou d'un réglage de focale quelconque. Peu importe l'attention portée à la luminosité, ou même que la prise de vue soit carrément ratée. Vous pourrez tout modifier par la suite.

En même temps que l'on tutoie les sommets de la technologie, on atteint paradoxalement le degré 0 de l'art photographique. Bref, un outil qui plaira peut-être aux professionnels... mais qui constitue au final le meilleur moyen de s'ennuyer en faisant de la photographie.

Bref, les révolutions, même technologiques ne sont pas toujours un progrès :)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas