Le m-paiement doit être envisagé sur le long terme

Par 12 novembre 2007
Mots-clés : Smart city

Des problèmes actuels d'interopérabilité et de complexité freineront temporairement le développement du paiement par mobile. Le système devrait se révéler intéressant à plus long terme.

Les avis sont partagés sur l'avenir sur paiement par mobile. Pour le cabinet d'analystes Forrester Research, de nombreux facteurs devraient décourager une adoption massive du m-paiement. Notamment au niveau du temps de transaction, plus lent que le paiement par carte quand il est effectué via SMS. Autre reproche noté : le manque de standards validés et la complexité technique du système. Enfin, les dissensions entre institutions financières et opérateurs empêchent souvent, souligne le cabinet, la mise en place d'un véritable business model. En marge de cette vision plutôt pessimiste d'un usage encore dans sa prime jeunesse, Thomas Husson, analyste mobile senior chez Forrester, explique à L'Atelier : "aujourd'hui, le marché est restreint et le partage de revenus encore peu intéressant. Mais nous n'en sommes encore qu'à des moyens de paiement alternatifs".

Eduquer le consommateur

Et d'ajouter : "D'autres technologies devraient prochainement se développer, comme la NFC (Near Field Communications), qui sont très prometteuses". Notamment, souligne-t-il, parce que cette solution sans contact permet de réaliser plusieurs opérations, comme le paiement et le ticketing, et qu'elle représente un canal marketing très intéressant. Elle demande cependant une approche à plus long terme, par la mise en place de nombreuses infrastructures et d'un écosystème global (récepteurs intégrés, bornes…). Les pays moins avancés sont donc logiquement plus prudents en matière de déploiement d'une coûteuse infrastructure contactless. En marge de l'aspect technique, se pose également le problème de l'adaptation d'une technologie par les consommateurs. La pédagogie, la sensibilisation à un nouvel usage sont des aspects primordiaux du phénomène d'appropriation.

Cibler les usages

Rassurer les consommateurs vis-à-vis de la simplicité, de l'interopérabilité et de la sécurité de leurs services doit être une priorité pour les sociétés qui lancent des solutions de m-paiement. La plate-forme britannique de micro-paiement Payforit rassemble ainsi les cinq principaux opérateurs du pays pour proposer une meilleure interopérabilité. Dernier aspect à résoudre : la définition exacte des usages. Inutile de penser appliquer cette forme de paiement à tous les contenus, il faut cibler. Au niveau bancaire, Sybase 365, spécialiste de l'interopérabilité dans les communications mobiles, rappelle que près des deux tiers des utilisateurs de portable européens s'annoncent intéressés par la possibilité de profiter de services bancaires sur leur mobile. D'ailleurs, souligne à L'Atelier Jeremy Bielostock, responsable commercial et marketing de la division NFC chez Nokia, "quand les banques pourront proposer des services utiles au consommateur final, le paiement sur mobile deviendra un marché très intéressant".

Mathilde Cristiani

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas