Les machines ont du palais quant il s'agit de boissons

Par 26 février 2008
Mots-clés : Smart city

Le système informatique Electronic Tongue est capable de distinguer le goût des boissons. Il préfigure de nouvelles applications automatisées dans le domaine du contrôle qualité.

Le sens du goût n'est plus l'apanage des êtres vivants. Des appareils conçus par la main de l'homme, et plus précisément des chercheurs de la St. Petersburg University sont dotés d'une technologie dite de "langue électronique". Electronic Tongue est en effet le nom anglophone du projet de recherche porté par les équipes du professeur Andrey Legin, une initiative notamment destinée à automatiser les processus d'identification et d'analyse du goût de certaines substances. Le dispositif comprend une multitude de capteurs chimiques, ainsi qu'un système hardware et logiciel assemblé pour l'occasion. Le tout a récemment été expérimenté sur du brandy, déclinaison anglo-saxonne de l'eau de vie. Les résultats obtenus sont encourageants si l'on en croit les chercheurs. Ces derniers sont ainsi parvenus à distinguer un alcool jeune d'un millésime plus mature.
Reconnaissance du goût
Autre performance : cette langue électronique s'est montrée capable de faire la différence entre diverses variantes de brandy. Le tout avec un taux de réussite de l'ordre de trois sur quatre tentatives. La technique développée à travers l'Electronic Tongue diffère notablement des approches employées jusque là, précisent-ils. A l'inverse des instruments les plus courants, l'appareil en question ne procède pas par séparation des différents éléments composant le mélange pour les analyser à posteriori. Electronic Tongue, à la manière du sens du goût humain, prend en compte "l'arôme" de la substance dans sa totalité. Revers de la médaille, l'appareil n'est pas polyvalent. C'est-à-dire qu'il n'est pas capable d'opérer sur différents liquides – café, thé, vin, voka, etc.
Un système qui a ses limites
Seule une combinaison de capteurs spécifique est effectivement capable de réaliser l'analyse d'un même type de produits. Pour être opérationnel, Electronic Tongue exige par ailleurs un processus de calibrage. Avant d'être à même de reconnaître un brandy particulier, le système doit pouvoir le comparer à une base connue. Ce qui passe par un processus d'apprentissage devant être réalisé préalablement. Si un tel dispositif n'est pour l'heure pas assez fiable pour remplacer les tonneliers les plus aguerris, celui-ci pourrait s'avérer utile pour les industriels de l'agro-alimentaire. Les chercheurs évoquent notamment des applications dans le domaine du contrôle qualité où leur invention pourrait par exemple empêcher la circulation de millésimes contrefaits.

L'Atelier BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas