Machines à voter: Issy-les-Moulineaux revient aux anciens modèles

Par 19 avril 2007
Mots-clés : Europe

Branle-bas de combat à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). La commune, l'une des pionnières du vote électronique, a fait remplacer lundi 16 avril la totalité de ses machines à voter par des modèles antérieurs. Raison invoquée...

Branle-bas de combat à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). La commune, l'une des pionnières du vote électronique, a fait remplacer lundi 16 avril la totalité de ses machines à voter par des modèles antérieurs. Raison invoquée: les ordinateurs normalement prévus, reçus en février, n'ont pas été agréés. La polémique autour du vote électronique n'est pas près de s'essouffler...
 
Dans un communiqué, la ville précise les motivations qui l'ont poussée à adopter le vote électronique. Selon elle, "[...] leur utilisation répond [...] à un triple but: économique et matériel (en réduisant les coûts d'organisation des élections et en accélérant le dépouillement des résultats le soir du scrutin); environnemental (en supprimant les bulletins papier) et citoyen (en permettant un accès plus aisé aux opérations de vote pour les personnes handicapées)". Mais encore faut-il que les machines utilisées soient légales...
 
Pour l'élection, la ville avait commandé une soixantaine de machines
i-Votronic au fabricant américain ES&S (Election systems and software). Les modèles livrés, de dernière génération, proposaient des fonctionnalités visant à augmenter la sécurité, comme un boîtier déporté destiné à éviter au président du bureau des élections de se lever pour réenclencher la procédure entre chaque vote.
 
Seul problème, les machines doivent nécessairement être agréées par le ministère de l'Intérieur. Mais le processus d'agrémentation, lancé en novembre 2006, n'a pu être validé à temps. Denis Murthon, directeurs commercial d'ES&S Europe a ainsi précisé au Monde: "[Nous avons] reçu le rapport positif du bureau Veritas [chargé de l'audit technique] le 16 mars, mais ça prend du temps, et le ministère nous a prévenus le 2 avril que l'agrément ne serait pas délivré à temps pour la présidentielle".
 
Un "plan B" a donc été immédiatement enclenché, afin de changer gratuitement les nouveaux modèles contre d'autres, plus anciens et sans options, mais ayant reçu l'agrément du ministère.
 
Toutes les communes ayant sollicité les services des machines i-Votronic d'ES&S sont concernées par le problème. Sur les 82 qui testeront cette année le vote électronique, 8 sont concernées : Issy-les-Moulineaux, Ifs, Meylan, Noisy-le-Sec, Saint-Malo, Voreppe, Thiyez et Wissous.
 
Ce contretemps survient alors que la polémique autour de la fiabilité des machines à voter ne cesse d'enfler. L'association ordinateurs-de-vote.org, qui compte en son sein un grand nombre d'informaticiens, pointe plusieurs failles pouvant nuire à la sécurité du vote. Afin de se faire entendre, elle a fait circuler une pétition contre cette pratique. Plus de 63 000 signatures ont déjà été recueillies.
 
Et si le scrutin de dimanche n'était pas décisif uniquement pour les candidats?
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/04/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas