Le mail traduit l'ouverture chinoise

Par 20 novembre 2007

Pour permettre à des personnes ne parlant pas la même langue de communiquer, un webmail propose de traduire en moins de 24 heures des mails rédigés en chinois ou en anglais.

(cliquez pour agrandir)Envoyer un mail en chinois quand on ne parle pas un mot de la langue est loin d’être une idée inepte. Le webmail asiatique Chinglish.com lance un service de traduction de courriels du chinois à l’anglais et inversement. Les personnes qui apprennent l’une des deux langues peuvent également profiter de l’option de correction des fautes. Principal avantage du système : il permet de bénéficier rapidement d’une traduction sans passer par les services d’une agence spécialisée. Ces dernières sont envoyées directement sur son compte mail, sans besoin de remplir un formulaire au préalable. Quant au paiement du service, il est effectué automatiquement via un compte Jade, un service de PayPal.
Des traductions humaines

Un mot correspond à deux chinglings, et il est nécessaire de débourser une certaine somme lors de l’ouverture d’un compte afin de permettre au site de créditer directement le prix des traductions. Pour info, il est possible de payer en dollars (20 dollars pour 150 chinglings) et en euros (100 euros pour 1 000 chinglings). Chinglish.com proposait déjà la conversion d’un texte du chinois simplifié au chinois traditionnel, ou à l’anglais. Mais ces travaux étaient réalisés de manière automatique, un système qui manque encore de fiabilité. Le nouveau dispositif, au contraire, fait traduire les textes par de vraies personnes, dont la langue maternelle est le chinois ou l’anglais, précise la société.

Développer la communication à l’international

Pour profiter d’une traduction, il suffit de taper son mail, puis de cliquer sur le bouton « Réviser ». La version corrigée ou traduite est alors censée arriver dans les 24 heures. Il est également possible d’insérer des pièces jointes à son courrier et de se composer un carnet d’adresses. Selon le site, le système permettra d’améliorer la communication entre les professionnels des affaires, des études et du tourisme, à un moment où la Chine s’ouvre de plus en plus au reste du monde. Reste que le problème de la confidentialité des mails pourrait rapidement poser un problème.
Mathilde Cristiani

A lire sur le site de L’Atelier :

  Backbone IT Group ouvre le web chinois aux entreprises occidententales (31/10/2007)

A lire sur le blog Asie de L’Atelier :

Harry Potter traduit en chinois en deux jours grâce à Internet (30/07/2007)

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas