La maison-robot Brain of Things s’adapte aux habitudes de ses occupants

Par 16 mars 2016
La maison-robot Brain of Things s’adapte aux habitudes de ses occupants

Des lumières qui s’allument sur le passage de l’habitant et des volets qui se lèvent à son réveil : grâce aux données et au machine learning la maison intelligente conçue par Brain of Things apprend à connaître son occupant. Focus sur une habitation-robot.

La maison intelligente de demain se dessine aujourd’hui. Elle sera probablement autonome, alimentée par une voiture ou par l’énergie du soleil et adaptée à la rotation de la Terre. Elle sera équipée d’objets connectés dans toutes les pièces : d’un four intelligent, d’un appareil qui choisit la musique adaptée à la situation ou encore de verrous qui s’activent à distance, et puis consciente aussi, avec ses multiples capteurs. La maison du futur ne sera pas seulement dotée de robots mais pourra aussi se comporter comme tel. C’est le projet de la start-up Brain of Things.

Fondé par le professeur Ashutosh Saxena, un chercheur de l’université de Stanford, l’entreprise a pour ambition de créer des maisons capables de comprendre son occupant et de s’adapter continuellement à ses habitudes et préférences. Ces habitations sont munis d’une vingtaine de détecteurs de mouvement et les lumières, chauffage, climatisation et plomberie sont tous connectés et automatisés. Cela permet de savoir si l’habitant est en train de regarder un film, de cuisiner ou s’il dort. Pendant qu’il est dans les lieux, la maison apprend de ses faits et gestes. Elle collecte des données dans des serveurs d’ordinateur et les interprète grâce à des algorithmes de machine-learning pour créer des modèles comportementaux.

Résultat : les volets électriques de l’appartement se lèvent automatiquement quand l’occupant se réveille pour aller travailler le matin et s’abaissent mécaniquement à la même heure tous les soirs. Les portes se déverrouillent à son arrivée et si l’habitant se lève la nuit pour boire ou aller aux toilettes, les lumières s’allumeront sur son chemin pour lui montrer la voie sans l’aveugler. Et le week-end? Après une soirée le samedi, la maison gardera les volets baissés plus longtemps le dimanche.

La technologie est également utile pour identifier de potentiels problèmes en amont et aider pour la maintenance. Un système permet même de savoir ce que fait l’animal de compagnie en journée. Une maison intelligente parfaite en somme, si ce n’est qu’elle en sait peut-être un peu trop sur celui qui l’habite. Pour rassurer ces clients à ce propos, Ashutosh Saxena précise qu’il n’y a pas de capteurs dans les chambres à coucher et que les données ne quittent pas le bâtiment.

 


 

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas