La maîtrise, plus efficace que la performance pour l'engagement

Par 22 février 2012
Mots-clés : Digital Working, Europe
Définition du mot Trust

Pour améliorer l'efficacité d'un collaborateur, il ne faut pas instaurer un climat de compétition mais plutôt créer un climat de confiance basé sur la maîtrise de ses tâches, la formation et la coopération.

Pour améliorer les performances de l'entreprise, il est important de comprendre comment travailler sur celles de ses salariés. Et pour accroître la motivation et les performances de ces derniers, il ne faut pas mettre les employés en compétition mais plutôt créer un climat dit "de maîtrise". Ce climat est basé sur l'engagement, l'auto-développement des tâches d'apprentissage, la maîtrise de ces tâches et, enfin, la coopération. En visant à favoriser la satisfaction au travail, la motivation et l'endurance à l'échec des employés, ce climat vise à améliorer leurs résultats. C'est la conclusion de la thèse de Christina Nerstad de la BI Norwegian Business School de Norvège. Selon elle, un climat de maîtrise contribue à "créer de l'engagement dans son travail, alors qu'un climat de performance contribue à créer un sentiment de burnout". En effet, le climat de maîtrise s'oppose au climat "de performance" où les performances des salariés sont comparées, donnant lieu à une mise en valeur des meilleurs au détriment des autres.

Six façons de créer un climat de maîtrise

Pour mettre en place ce climat, Christina Nerstad avance six principes. D'abord, diversifier et donner du sens aux tâches des employés. Ensuite, leur offrir des défis et la possibilité de participer à la prise de décision. Puis, mettre l'accent sur le développement de l'expertise, de l'autonomie et sur l'appartenance au groupe. En effet, il faut également éviter de favoriser et d'attirer l'attention uniquement sur le meilleur pour respecter la dignité de l'individu. Il s'agit également d'évaluer les collaborateurs sur leur engagement et leur développement personnel. Et, enfin, de prendre le temps de développer le talent propre de l'employé. Ces principes devraient permettre, en favorisant un climat de maîtrise, de "contribuer à la création d'une culture de la performance positive, de la réussite et de la satisfaction au travail."

Influencer le climat d'entreprise avant les employés

En opposant le climat de maîtrise et le climat de performances, deux principaux climats motivationnels, la chercheuse ajoute que "nous avons tous tendance à être orientés vers la maîtrise et/ou vers la performance", ce qui affecte les actions et les comportements de chaque employé. Or, il est plus facile de changer le climat sur le lieu de travail que de changer la personnalité des employés. Mettre en place un tel climat permettrait alors de contribuer à la création d'une culture de la performance positive, de la réussite et de la satisfaction au travail qui devrait influencer la personnalité des employés. Et, pour ce faire, il est nécessaire d'avoir le soutien des superviseurs et d'offrir aux collaborateurs des opportunités de formation, de développement et de carrière. A noter que, pour sa thèse, la chercheuse a mené un questionnaire auprès de 9000 employés dans des établissements privés et publics norvégiens sur le climat de motivation au travail et sur comment il affecte la motivation de l'individu, son attitude, son bien-être et ses performances.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas