Maîtriser les fluides améliore les performances des nageurs

Par 12 août 2008

L'outil développé par le Rensselaer mesure la dynamique des fluides et la pression exercée par les nageurs sur l'eau. But : permettre une meilleure gestion de ces mouvements pour aller plus vite.

Dans le monde du sport, la victoire tient souvent à quelques millisecondes gagnées sur son adversaire. Pour arriver à ces performances, il n'y a pas de secret : les athlètes doivent se soumettre à un entraînement physique intensif et régulier. Mais pour le Rensselaer Polytechnic Institute, certaines technologies pourraient également apporter un coup de pouce non négligeable, notamment en natation : il a développé un système capable d'identifier la dynamique des fluides et calculer quelle énergie les sportifs dépensent à chaque brasse. L'intérêt est de permettre aux sportifs de mieux interagir dans l'eau afin de se mouvoir plus vite.
Combiner les solutions de mesure du mouvement et des fluides
Le système utilise des techniques de mesure des flux et des mouvements de l'eau générés par les nageurs : algorithmes mais aussi technologies vidéo de détection des mouvements. Il existait déjà plusieurs solutions de simulation destinées à affiner les techniques de nage des professionnels. Mais selon les responsables du projet, le dispositif est le premier à créer un support d'entraînement capable d'analyser les performances des athlètes en temps réel. Ce, en combinant des outils de mesure développés en amont pour la recherche aérospatiale avec une technique de mesure des fluides basée sur la vidéo, et connue sous le nom de Digital Particle Image Velocimétrie.
Un fonctionnement tenu secret
"Ce qui est important, c'est de bien connaître les fluides. Pour étudier comment les mouvements d'un nageur affectent les fluides, il est primordial de savoir quelle pression le sportif produit réellement, et comment celle-ci impacte l'eau", précise Timothy Wei, professeur à l'université. Inutile cependant de chercher à en savoir plus sur le fonctionnement technique du dispositif : celui-ci est tenu secret par l'équipe de recherche, qui ne souhaite certainement pas donner aux équipes concurrentes les moyens d'améliorer les performances de leurs nageurs. Selon les responsables du projet, l'équipe américaine en aurait profité lors de son entraînement pour les Jeux Olympiques de Pékin.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas