La majorité des entreprises françaises présentent sur Internet ne contrôlent pas leur nom de domaine.

Par 26 avril 1999
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon une étude de Cybermark, filiale du groupe Serveur (http://www.cybermark.org) portant sur 410 noms de domaines en .com, seuls 6,5 % correspondent réellement à la société propriétaire du nom. ...

Selon une étude de Cybermark, filiale du groupe Serveur
(http://www.cybermark.org) portant sur 410 noms de domaines en .com, seuls
6,5 % correspondent réellement à la société propriétaire du nom. Si 86 %
de ces noms ont été déposés par d'autres sociétés, 7,5 % sont directement
attribués à des spécialistes de la contrefaçon.
L'usurpation de nom de domaine est, dans de nombreux cas, le fait
d'importateurs déposant la marque dans leur pays d'origine.
Par ailleurs, cette situation est préjudiciable au commerce électronique.
Selon Cybermark, les sites marchands récupérant leur .com voient
immédiatement leur chiffre d'affaires multiplié par 2 à 5.
Même si les tribunaux sont de plus en plus sévères avec les "voleurs de
domaines", récupérer un nom de domaine peut s'avérer long et coûteux.
34,5 % des 2,5 millions de raisons sociales et enseignes françaises sont,
selon Cybermark, déjà enregistrées sous la forme d'un domaine .com.
(Information ZDNet France du 27/04/1999 parue dans Yahoo ! France)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas