Malaisie : Les centres informatiques réduisent la fracture numérique

Par 30 juin 2008

Les zones rurales investissent dans Internet en se dotant de centres de TIC. L'objectif : apporter aux populations les plus isolées une formation en informatique.

Apporter Internet dans les zones les plus isolées et aux populations rurales. Tel est le projet du ministère du développement rural et régional de Malaisie, qui a annoncé cette semaine sa volonté d'appliquer le programme Medan Infodesa à tous les districts du pays. Aussi connu sous l'appellation MID, ce projet consiste en l'élaboration de centres de technologies de l'information et de la communication dans les zones les moins urbaines. L'objectif affiché: réduire la fracture numérique, qui est significative entre populations rurales et urbaines. "C'est déjà l'axe clef de la politique de développement en Inde", commente Jean-Paul Hébrard, rédacteur en chef du magazine Agriculture et Nouvelles Technologies.
Vecteur de connaissances agronomiques
La spécificité de ce programme étant la mutualisation de ces centres : le gouvernement finance, les communautés locales s'occupent de la gestion. "Internet est devenu aussi important que l'eau pour ces populations", indique Jean-Paul Hébrard. "C'est le moyen le plus économique et efficace pour accéder à la connaissance agronomique par exemple : car dans ces régions isolées, les livres pratiques pour les agriculteurs ne sont pas foison". Pour ce faire, le programme met à disposition 70 millions de roupies pour investir dans ces centres. Cinquante seront utilisés pour construire cent quatre vingt centres et les vingt millions restant seront dédiés à la formation des résidents : cours d'informatique et formation de professeurs essentiellement.
Toucher la moitié de la population rurale
Autant d'initiatives censées réduire un fossé numérique très présent dans le pays. "En 2006, près de 90 % de la population urbaine possédait un ordinateur, contre à peine 10 % des ruraux!", indique le premier ministre Tan Sri Muhammad Muhammad Taib. "Il en est de même pour l'utilisation d'Internet : plus de neuf habitants sur dix des villes étaient connectés, contre 7 % des ruraux". Il poursuit en rappelant que le but est de réduire ces disproportions : "notre but est que les MID touchent au moins la moitié de la population rurale". A l'heure actuelle, 142 MID ont déjà été mis en place, et les chiffres annoncent plus de 56 000 utilisateurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas