Les managers veulent plus de flexibilité dans les logiciels

Par 27 octobre 2011
Mots-clés : Smart city, Amériques, Asie, EMEA
managers

Les responsables estiment que, souvent, les solutions logicielles qui leur sont proposées ne sont pas aptes à supporter les évolutions du marché. En cause notamment, une trop grande rigidité, et des coûts trop élevés.

Les managers seraient, en grande majorité, peu satisfaits des logiciels et applications utilisés au sein de leurs entreprises. Selon un sondage réalisé par UNIT4 Business Software auprès de 307 professionnels, dans le cadre d'un projet de recherche international mené par le Technology Evaluation Centers (TEC), les trois quarts des personnes interrogées les jugeraient inaptes à supporter les changements et évolutions du marché. On peut évoquer l'apparition de nouvelles régulations et infrastructures ou des évènements comme les fusions et acquisitions de sociétés. En tête des reproches à l'origine de cette frustration, on peut citer la rigidité du système (21%).

Des griefs multiples

Mais aussi la dépendance de l'entreprise vis-à-vis d'un fournisseur ou développer externe (12%), les coûts trop élevés pour changer de logiciel (10%) et le manque de fiabilité des produits proposés (8%). Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce phénomène de mécontentement ne frappe pas uniquement les multinationales qui ont un besoin critique en programmes adaptables mais également les firmes comptant entre 100 et 1 000 employés : 46% des managers de ces sociétés sont insatisfaits des solutions matérielles existantes dans le cadre d'un changement au sein de l'entreprise.

Des solutions rendues inefficaces, faute d'investissement

"Le manque de flexibilité de ces systèmes paralysent de nombreuses compagnies et ne doit pas être sous-estimé", explique P. J. Jakovljevic, analyste chez TEC. Bien souvent, les entreprises doivent opérer des changements au niveau du code des applications pour demeurer compétitives. Un phénomène coûteux, laborieux et qui reposent en grande partie sur les compétences et le bon vouloir de prestataires indépendants. Les logiciels ne seraient donc, dans la plupart des cas, pas modifiés et deviendraient rapidement obsolètes, incapables de répondre aux changements incessants du marché. Les sociétés doivent faire un choix : développer leurs propres plates-formes évolutives ou accepter de dépenser beaucoup d'argent en frais de fonctionnement, dans l'espoir d'observer un rapide retour sur investissement.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas