Le manuel électronique, le roi de la récré

Par 17 septembre 2012
livres numériques

Alors que le coût des livres devient un poste trop important pour les étudiants, les universités se penchent sur le manuel numérique comme solution.

Pourquoi l’intégration des livres sur les supports numériques est encore faible alors que les étudiants croulent sous la flambée des prix des ouvrages ? Le manuel numérique a été longtemps au centre des esprits comme une solution potentielle à cette inflation. Il peut augmenter les connaissances des élèves et peut être utilisable partout. Actuellement, le secteur de l'enseignement supérieur semble prêt à aller de l'avant avec des manuels scolaires numériques. Néanmoins, quelques barrières existent encore. D’après le rapport Ovum, le contenu, le choix des périphériques et la sensibilité au prix sont les freins de l'adoption de nouvelles technologies dans le secteur de l'éducation.

Réticence au changement et au prix

« Le coût des livres sur papier peut aller de 100$ à 150$, et parfois bien plus en fonction des années. Alors que le coût fixe d’une tablette serait de 966$ avec un coût de 15$ à 30$ pour les livres », explique Navneet Johal, analyste associé à OVUM. Le prix des tablettes est encore élevé et la transition vers ces nouvelles formes d’enseignement peut prendre beaucoup de temps. « Le corps professoral témoigne d’un certain scepticisme à ce mode d’absorption des connaissances, pour cela, il montre une réticence au changement» continue de dire Navneet Johal. Pourtant d’après une étude faite par The Loop, les cours données sur Ipad augmenteraient les notes des élèves de 50% et permettraient aux élèves faisant des études supérieures d'utiliser le manuel numérique partout.

Coopération et partenariats pourraient changer la donne

Ainsi, trouver les réponses à la question du prix deviendrait cruciale pour s'assurer que les institutions et les fournisseurs puissent prendre des décisions à rapidement, assurant ainsi un succès à long terme. D’ailleurs, la grande popularité des tablettes au cours des 18 derniers mois et l'émergence de nouveaux partenariats entre les fabricants d'appareils et les éditeurs/fournisseurs poussent certaines universités à changer de position. « Cependant, il est trop tôt pour prévoir une croissance à moyen comme à cours terme. A ce stade, la tendance n’est pas assez uniforme et elle serait sujette à l'erreur» conclue Navneet Johal.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas