Le marché des applications est en train de se structurer

Par 15 mars 2011
un monde en apps

En trois ans, le secteur est devenu ce que l'on peut appeler une industrie de masse. Une rapidité qui fait que les acteurs impliqués doivent trouver aussi vite des stratégies à adopter pour se consolider.

Le marché des applications mobiles est devenu une industrie de masse en seulement trois ans, rappelle Research2Guidance. "Le nombre d’applications téléchargées a augmenté de 1700 % et celui des applications développées a grimpé de 500 %", explique ainsi à L'Atelier Ralph Gordon Jahns, responsable de la recherche. Reste qu'une fois cette phase d'engouement passée, c'est la solidité des modèles adoptés qui fera le succès des acteurs du secteur. Pour y parvenir, le cabinet préconise plusieurs marches à suivre. Notamment, en amont, du côté des nouveaux ou jeunes entrants comme les constructeurs. "Pour intégrer efficacement le marché, ces derniers ont tout intérêt à s’allier aux plates-formes déjà développées notamment par Google ou Microsoft", poursuit ainsi le responsable.

Concurrencer la pomme ?

Ces alliances devraient faciliter la livraison d’applications par les constructeurs qui n’ont pas a développé de plate-forme interne. C’est notamment le cas de Nokia qui utilise à présent celle de Microsoft  pour développer des applications, explique le cabinet. "Cette stratégie devrait faire de l’ombre à Apple qui perdra immanquablement des parts de marché si la société ne propose que des applications pour ses propres terminaux comme l’ iPhone et iPad", ajoute Ralf Gordon. Du coup, les marques doivent saisir l’opportunité d’être présentes partout dans le monde grâce au développement plus rapide d’applications par des constructeurs locaux, souligne le rapport. "Les marques devront s’adapter aux marchés locaux", note Ralph Gordon Jahns. Cela afin d'être présentes sur un nombre maximum de marchés.

Une concurrence importante

"Si elles veulent passer par les applications et en faire un média à part entière, les entreprises doivent lancer ces dernières sur l’ensemble des plates-formes disponibles sur le marché", confie t-il. Elles devront donc tenir compte des spécificités culturelles de chaque zone géographique. "Il est inimaginable de lancer une application uniquement disponible en langue anglaise, par exempleen Chine", insiste-t-il. Aujourd’hui, plus de 100 000 applications sont lancées chaque trimestre. Cela fait donc augmenter fortement la compétition, non seulement sur les plates-formes, mais également pour les marques "qui savent désormais que l’application est devenue une stratégie essentielle de leur communication", conclut Ralf Gordon.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas