Le marché de la e-reprographie en France.

Par 28 janvier 2002
Mots-clés : Smart city, Europe

En 1999, l’e-business représentait 7,71 milliards de F avec 8 % du marché français des logiciels et des services. Ce montant devrait atteindre 49,23 milliards de F dès 2003, soit 45 % du marché tota...

En 1999, l’e-business représentait 7,71 milliards de F avec 8 % du marché
français des logiciels et des services. Ce montant devrait atteindre 49,23
milliards de F dès 2003, soit 45 % du marché total.
Cette progression de l’e-business a donné naissance à de nouvelles
solutions d’externalisation d’activités, gérées autrefois en interne par
l’entreprise (e-learning, e-recrutement …) et à la concentration
d’intervenants métier sous forme de places de marché, d’achats groupés …
Chaque année, près de 172 milliards de pages sont imprimées, soit 7 800
copies par an et par salarié (source IntraForces). L’impression
commerciale représente un marché de 20 milliards de dollars en Europe.
L’entreprise peut choisir, traditionnellement, entre deux solutions pour
réaliser ses travaux d’impression: en interne, ce qui entraine de lourds
investissements et des couts cachés importants (frais de location et
d’entretien de photocopieurs et de machines de brochage, frais de
coursiers, temps passé par le salarié à imprimer ou photocopier ses
documents …) ou à l’extérieur, via des imprimeurs ou des reprographes.
En France, plus de 1,2 million d’entreprises font ou ont déjà fait appel à
un prestataire extérieur pour l’impression de documents façonnés. Elles
sont encore peu nombreuses à utiliser les réseaux numériques pour
transmettre leurs fichiers.
Le marché de l’impression numérique à distance, grace au développement
d’Internet, devrait croitre en moyenne de 20 % par an. En outre, un
certain nombre d’offres d’impression à distance sont apparues. Les
reprographes proposent l’envoi des fichiers par mèl en pièce jointe.
Toutefois, ce mode de transmission présente deux inconvénients majeurs:
le transfert n’est pas sécurisé et le système de messagerie classique
limite la taille des fichiers transmis. Ayant résolu ces deux
inconvénients, d’autres reprographes utilisent un système d’envoi via
Internet et sécurisé SSL. Toutefois, dans ces deux cas, la commande se
passe souvent par téléphone, il n’y a pas de système de livraison et le
paiement s’effectue lors du retrait.
D’autres solutions informatiques spécifiques, réservées essentiellement
aux grandes entreprises, ont été mises au point. Elles sont couteuses et
impliquent un volume d’impression important pour rentabiliser
l’investissement. Enfin, des places de marché spécialisées permettent de
déposer des appels d’offres en ligne pour l’impression d’un volume
important. Les imprimeurs cotisant à cette place de marché répondent aux
demandes. Le reste du processus est classique.
L’e –printing (marché de l’impression numérique en ligne et à distance)
démarre en France.
Ouvert fin septembre 2001, en partenariat avec Copy-Top, spécialiste
français de la reprographie, PrintForBusiness.com
(http://www.printforbusiness.com) propose un service packagé comprenant
l’impression en ligne de documents de travail, le façonnage et la
livraison de ces travaux. L’utilisateur bénéficie ainsi d’un résultat de
qualité professionnelle, d’un gain de temps et d’une maitrise des couts.
Le e-printing via PrintForBusiness offre aussi une parfaite autonomie aux
télétravailleurs, aux professions libérales ou aux salariés en
déplacement. A partir de n’importe quel PC connecté à Internet, ils
peuvent en effet accéder en permanence à une solution clé en main
d’impression numérique.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 28/01/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas